Retour sur la Conférence sur les Ambroisies en Ariège

Le mardi 10 mai 2016, une conférence sur les ambroisies a été organisée au Lycée agricole de Pamiers.

Les ambroisies sont des plantes exotiques envahissantes qui posent des problèmes de santé publique et d’envahissement de zones agricoles, de berges de cours d’eau et de bords de route. L’Association des Naturalistes de l’Ariège (Ana) travaille sur l’étude et la gestion de ces plantes ainsi que sur  la sensibilisation du grand-public en partenariat avec le Lycée agricole de Pamiers.

C’est donc dans ce cadre que cette conférence d’information réunissant divers spécialistes s’est réalisée. Chaque intervenant y a exposé les enjeux liés à ces plantes ainsi que les moyens de lutte et de prévention que chacun peut mettre en place à son niveau.

 

Après un accueil et une introduction faits par Daniel Sintes, directeur du Lycée agricole de Pamiers, nous sommes progressivement rentrés dans le vif du sujet :

Jérôme Dao, en charge du Plan régional d’actions sur les plantes exotiques envahissantes au Conservatoire Botanique National des Pyrénées et de Midi-Pyrénées (CBNPMP) nous a dressé un bref topo sur les plantes exotiques envahissantes.

Rebecca Bilon, ingénieure à l’INRA et coordinatrice de l’Observatoire des Ambroisies (OdA) et Marilou Mottet, ingénieure INRA et animatrice de l’OdA, ont présenté les deux espèces d’ambroisies (identification, biologie, écologie…) présentes en Ariège : l’Ambroisie à feuilles d’Armoise et l’Ambroisie trifide.

Hervé Duval, bénévole et botaniste amateur à l’Ana, a présenté son travail de prospection des ambroisies réalisé en 2015 sur le bord de l’Hers principalement et sur les stations déjà repérées en 2005/2007 . Cela a permis de présenter une carte actualisée des ambroisies sur les secteurs prospectés en fonction de l’état actuel de nos connaissances.

Jérôme Dao et Sylvie Vialelle, ingénieure d’études sanitaires à l’Agence Régionale de Santé de Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées (ARS), ont exposé ce qui est mis en place au niveau régional autour de la connaissance, de la gestion et des conséquences sanitaires liées aux ambroisies.

Le Dr. Claire Schwartz, médecin responsable clinique du Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA), a présenté les méthodes d’évaluation des expositions des populations aux pollens d’ambroisies et autres plantes allergènes. Elle a également abordé les divers impacts sur la santé liés à ces ambroisies. Même si, pour le moment en Midi-Pyrénées, les allergies liées au pollen d’ambroisie semblent marginales, il est intéressant de constater qu’un dispositif de surveillance et d’alerte est en place pour informer les professionnels de la santé en temps réel.

Le Dr. Michel Thibaudon, président du RNSA, a complété cette présentation en insistant sur la « chance » que nous avons en Ariège : les ambroisies sont encore relativement peu répandues et il est donc encore possible d’agir avant qu’il ne soit trop tard. En effet, en région Rhône-Alpes, par exemple, énormément de personnes sont touchées par les allergies liées aux ambroisies (1 personne sur 5 !) et toute l’économie locale est impactée (secteur agricole, routier, BTP, carrières…). Le Dr. Thibaudon a présenté la nouvelle plateforme internet et appli mobile qui permet à tout observateur de ces plantes de géo-référencer leur observation et de prévenir les autorités locales qui pourront intervenir pour détruire les nouveaux foyers d’ambroisies découverts. www.signalement-ambroisie.fr

Enfin, Bruno Chauvel, chargé de recherche INRA et assistant scientifique à l’OdA, a présenté très (trop) brièvement quelques techniques de lutte en milieu agricole. Il en ressort que certaines cultures comme le maïs ou le tournesol, en fonction de leur gestion, des rotations et des périodes de semis, peuvent favoriser le développement des ambroisies et chaque situation appelle un type de réponse particulier pour tenter de concilier la destruction des ambroisies et la préservation des cultures. Il existe des documents téléchargeables sur le site de l’OdA pour donner quelques marches à suivre afin de contenir voire de réduire ou faire disparaître les stations d’Ambroisies.

 

Plus d’une centaine d’élèves du lycée agricole étaient présents : 2de NJPF, 1ère GMNF, Tle GMNF, Tle STAV, 1ère STAV, soit 1/3 de l’établissement.

On peut regretter l’absence d’acteurs locaux directement concernés par le sujet et pourtant invités comme la Chambre d’Agriculture, les syndicats de rivières, les communautés de communes,  l’ordre des médecins et les gestionnaires de gravières. Quoi qu’il en soit, fort de ces explications et des éclairages apportés par les intervenants sur ces plantes, nous poursuivrons nos missions de prospection et de sensibilisation auprès du grand public comme auprès des divers corps de métiers directement impliqués sur cette thématique.

À suivre, donc !

 

Pour aller plus loin :

… À propos de la conférence

… À propos des ambroisies