Parcours éducatif Collège du Couserans

Une convention entre la LPO-Pyrénées Vivantes, le collège du Couserans et le PNR des Pyrénées ariégeoises a permis de mettre en place un parcours éducatif au collège de Saint-Girons. En tant que membre du réseau Education Pyrénées Vivantes, l’ANA a participé à la mise en oeuvre de ce projet et en assure à présent la coordination et une partie de l’animation.

Mais de quoi s’agit-il ? Un parcours éducatif est un dispositif d’éducation au territoire (lié à l’environnement, au développement durable et au territoire) et suivant chaque élève tout au long de sa scolarité (de la 6e à la 3e) au sein de l’établissement. Ce concept a vu le jour la première fois au sein du PNR du Lubéron et fonctionne bien. L’idée d’expérimenter cette formule sur le département s’est donc faite spontanément sur le territoire du PNR des Pyrénées ariégeoises. Un comité de pilotage a permis d’établir un programme en fonction des professeurs adhérents à la démarche et donc des matières dispensées (Histoire-géographie/Éducation civique et Sciences de la Vie et de la Terre) et du programme imposé par l’Éducation nationale.

Voir la Vidéo de présentation du projet        –         Voir la Vidéo de bilan du projet

Les objectifs sont les suivants :

–    Permettre aux collégiens de mieux connaître leur territoire de vie,  ainsi que sa gestion et sa protection.
–    Appuyer l’enseignement sur des exemples concrets et locaux à travers les paysages du PNR.
–    Accompagner les élèves sur les 4 années du collège.
–    Compléter les approches pédagogiques des enseignants par celles des intervenants du réseau Pyrénées Vivantes.
–    Compléter le contenu des cours en fonction des programmes et des besoins des professeurs par les intervenants spécialisés.
–    Permettre du lien et des interactivités entre les matières.

Ainsi, en septembre 2011, les premières interventions au sein des sept classes de 6e du collège ont démarrées. Au total pour 2011/2012, ce sont six demi-journées d’intervention par classes qui seront proposées aux 194 élèves de 6e. L’année prochaine, les classes de 5e continueront le parcours éducatif tandis que les 6e en entameront un nouveau, et ainsi de suite tant que des financements permettront cet enseignement ancré en son territoire et ouvert au monde… Une part du financement européen POCTEFA du programme Pyrénées Vivantes et la LPO permettent le démarrage de cette heureuse initiative. Le PNR devrait financer la suite du projet pour les années à venir.

……………………………………………………………………

Quelques chiffres au cours de ces 4 années

Nombre d’élèves :

  • – 2011/2012 : 7 classes de 6e totalisant 193 élèves.
  • – 2012/2013 : 7 classes de 5e totalisant 183 élèves.
  • – 2013/2014 : 8 classes de 4e totalisant 187 élèves.
  • – 2014/2015 : 7 classes de 3e totalisant 172 élèves.

Nombre de personnes impliquées :

  • 12 professeurs impliqués (hors accompagnants sur les sorties) pour 4 matières concernées : Histoire-Géo/Education civique + Sciences de la Vie et de la Terre + Physique/Chimie + Technologies
  • 28 intervenants

Actions réalisées :

  • 19 sorties
  • 26 interventions en salle
  • 1 forum des métiers de l’environnement présentant 8 structures

…………………………………………………………………….

Conclusion

 Il ressort des réunions de bilan que la coordination est fondamentale pour ce type de projet et qu’elle doit être régulière et continue au cours de l’année. Une coordination plus dynamique au sein de l’établissement ou de l’inspection académique (temps salarié dédié au projet comme cela peut se faire dans le PNR du Lubéron) permettrait également de faciliter le travail des enseignants. C’est la coordination à tous les niveaux qui est garante des liens effectifs entre les matières, entre les élèves, entre le programme et le territoire, entre les années.

 Pour le budget, il est important de ne pas sous-estimer le temps passé sur les différentes phases du projet afin que le rythme des actions soit le plus régulier possible. Pour cela, il est nécessaire de prévoir un budget sur plusieurs années permettant une meilleure réactivité et adaptation des emplois du temps ou des interventions en fonction des contraintes ou opportunités. Par exemple, le changement de financements (montants annuels et modalités) au cours de ces 4 ans a fortement contraint le déroulement du projet et a contribué à une perte de liens et de cohérence pour les élèves comme pour les professeurs.

 La formule d’intervenants complémentaires (tant en termes d’approche pédagogique que de contenu) aux enseignants est à maintenir car c’est ce qui fait tout l’intérêt d’une telle démarche, tant pour les élèves que pour les professeurs.

Rapport final 2014/2015