Archives de l’auteur Ambre Luczynski

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de l’animation à la découverte des lichens (mercredi 3 novembre 2021 à Montgaillard)

Mercredi 3 novembre, 5 personnes étaient présentes pour cette animation spéciale lichens à Montgaillard. L’après-midi a débuté par une présentation des lichens avec des participant·es motivé·es et un temps d’échange enrichissant !

Après ce temps d’échange, une explication a été donnée sur le principe des sciences participatives et le protocole du programme “Lichen Go”. L’identification a ensuite commencé autour d’un même arbre pour favoriser l’entraide entre les participant·es et expliquer l’utilisation d’une clé de détermination. 

Le 1er arbre a permis de faire des premières observations et hypothèses concernant la qualité de l’air (en se basant sur le nombre et la diversité de lichens présents). A priori, la qualité de l’air de cette station (zone d’étude) serait moyenne, un constat qui s’explique par sa proximité avec la route.

A l’arrivée de la pluie, la sortie a été écourtée et l’identification des autres arbres de la station reportée au 18 décembre prochain ! Une fois ce travail d’identification terminé, il sera possible de calculer un indice de pollution plus précis et de rentrer ces données sur la plateforme de Telabotanica pour qu’elle puisse être exploitées.

Merci aux participant·es et à très vite pour la prochaine sortie à la découverte des lichens !

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu des chantiers de restauration en faveur de la Gentiane pneumonanthe et de l’Azuré des mouillères (octobre 2021)

En octobre dernier, l’ANA-CEN Ariège organisait des chantiers en faveur de la Gentiane pneumonanthe et de l’Azuré des mouillères en partenariat avec l’équipe travaux du CEN Occitanie !

Ces chantiers ont eu lieu à à Gerbot (Clermont 09420) et à la ferme de Lasserre (au Mas d’Azil) où deux jours de débroussaillage et de ratissage (avec l’aide précieuse de 7 bénévoles et 3 services civiques), ont été nécessaires pour rouvrir plus d’un hectare de landes à fougères en faveur de l’Azuré des mouillères.

Merci aux participant·es !

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du chantier de création de mare à Dun (dimanche 24 octobre)

Dimanche 24 octobre l’ANA-CEN Ariège organisait un chantier de création de mares à Dun !

5 bénévoles se sont mobilisé·es pour participer à ce chantier et prêter main forte à une adhérente de la Cellule d’Assistance Technique Zones Humides (CATZH).

Au programme de la journée : La création de deux mares avec la pose de bâches étanches et de substrat pour permettre la colonisation par les végétaux aquatiques. Ce chantier était également l’occasion d’échanger autour des différentes techniques de création de mares et des critères permettant l’installation de la faune et de la flore.

Les mares sont des milieux accueillant une riche biodiversité (amphibiens, insectes, plantes aquatiques, etc.) et leur protection est un enjeu fort en Ariège.

Pour en savoir plus sur la Cellule d’Assistance Techniques aux Zones Humides cliquez-ici.

Photo : Les bénévoles en action_Florine Hadjadj

ParAmbre Luczynski

Les animations de l’hiver à la réserve naturelle régionale du massif du Saint Barthélémy arrivent !

Le soleil commence à flirter avec l’horizon, la lumière baisse petit à petit, le sol est givré le matin, on rentre le bois et on sort les gros pulls.

Certains rêvent déjà de fromage dégoulinant le long d’une patate fumante, ou de chocolats chauds devant la cheminée ou la télé bien au chaud et bien entourés. Que de beaux moments partagés en perspectives pour cet hiver à venir ! Parmi ceux-là, la réserve naturelle régionale du massif du Saint Barthélémy vous invite à quelques
rendez-vous sous le signe de la découverte nature, de la rencontre et la convivialité !

Pour en savoir plus sur nos sorties : https://ariegenature.fr/events/category/sorties-diapos/

Informations et inscriptions auprès de Xavier Pasquier (xavier.p@ariegenature.fr 06 46 76 24 21)

Xavier Pasquier

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la sortie « De la roche naturelle à la roche bâtie » (16 octobre 2021)

Pour la première fois dans l’histoire de l’ANA-CEN Ariège, l’emblématique sortie géologie animée par Isabelle Corbières a été couplée à une visite historique menée par la guide-conférencière Mélanie Saves. La météo et la bonne humeur étaient au rendez-vous pour un voyage dans le temps riche en explications scientifiques et en anecdotes.

Notre « pèlerinage » a débuté aux Cabannes où l’ensemble du groupe s’est retrouvé avant de partir en direction de Verdun pour le premier arrêt de la journée. Le thème du jour était la présentation (en partie) de la formation géologique des Pyrénées tout en mettant en parallèle l’utilisation des roches dans l’architecture locale, plus précisément dans la construction des églises romanes que l’on trouve dans la vallée de l’Ariège.

Premiers éléments scientifiques : d’un point de vue géologique, le village de Verdun est construit sur un cône de déjection, c’est-à-dire sur l’accumulation des sédiments emportés lors des crues successives provoquées ici par la rivière de Moulines. Le village se situe sur la faille nord pyrénéenne (FNP) entre les calcaires du Quié de Sinsat au nord et les granites et gneiss au sud.

Par conséquent, ces pierres sont utilisées dans la construction de l’église qui a subi plusieurs remaniements principalement à cause de la destruction de certaines de ses parties lors de crues, comme on peut le voir sur la photo ci-dessus.

On notera notamment l’emploi du gneiss (à gauche) et du granite (à droite) en majeure partie, ainsi que l’utilisation de blocs arrondis provenant du charriage de matériaux du glacier (ou moraine) de l’Ariège qui s’étendait du Pas de la Case à Labarre jusqu’entre 35 000 et 18 000 ans, ainsi que la présence d’une ophite, plutôt rare ici.

Architecturalement, l’église, dédiée à Saint Blaise, est semblable au plan de Saint-Sernin de Toulouse. On y retrouve l’influence du nord de l’Italie, en passant par la Catalogne, à travers la frise de lombardes présente sur l’abside et les absidioles, élément décoratif caractéristique de l’art roman.

Après de nombreux événements géologiques rencontrés sur notre passage (pegmatite, brèche, cataclase, écailles tectoniques), nous arrivons au village d’Axiat pour le déjeuner, rejoints par Mélanie qui, par une rapide introduction historique, nous amène au propos de la sortie : la constitution du territoire en paroisse et l’implantation d’églises romanes à partir du XIe siècle.

Contrairement à l’église de Verdun, le plan de l’église d’Axiat n’est pas de style pyrénéen mais hérite de l’influence de l’abbaye de Cluny. Ici, le clocher est caractéristique des Pyrénées avec ses baies géminées et son plan carré, où très tôt il était indépendant de l’église (campanile) puis, il finit par être intégré au bâtiment au cours du XIe siècle. L’église, dédiée à deux saints orientaux Saint Julien et Sainte Basilisse, a brûlé au début du XXe siècle. C’est pourquoi toute la partie ouest a été reconstruite alors que le transept et le chevet sont principalement composés de tuf sédimentaire (formé par l’écoulement lent de calcite recouvrant notamment la végétation qui, lors de sa décomposition laisse apparaître des vacuoles dans la roche) pour les murs et le clocher et de blocs de calcaire pour l’assise que l’on retrouve en partie dans les murs.

Nous terminons notre journée à Unac. L’église érigée au XIIe siècle est dédiée à Saint Martin. Il s’agissait d’un prieuré rattaché à l’abbatiale Saint-Volusien de Foix.

Le clocher de style andorran comporte 3 rangées de baies géminées surmontées d’une pendule restaurée au XIXe siècle. L’encadrement extérieur des vitraux se compose d’un motif de damier sculpté, très prisé à l’époque romane, sous lequel apparaît une frise en pointe de diamants. Une partie de la frise a été restaurée récemment ainsi que les colonnes de part et d’autre du vitrail. L’église est ici aussi principalement construite en tuf et calcaire.

Ces églises présentent d’autres détails à découvrir à l’extérieur comme à l’intérieur, n’hésitez pas à aller les visiter.

Voilà pour le résumé (très !) synthétique d’une journée extrêmement riche en découvertes et animée par deux spécialistes qui savent captiver un public curieux et passionné. Merci à Isabelle et à Mélanie de transmettre leur savoir avec autant d’entrain et rendez-vous l’été prochain pour de nouvelles aventures autour des pierres !

Pour plus d’infos sur le vocabulaire architectural des églises, cliquez ici.

Pour visiter les églises citées : se renseigner auprès des mairies respectives pour connaître les jours et heures d’ouverture.

Pauline Gaubert

ParAmbre Luczynski

Les écoliers vont plancher sur les « agents pollinisateurs » (locale Montaut) – La Dépêche du Midi

La communauté de communes des Portes d’Ariège-Pyrénées, labellisée TEN (territoire engagé pour la nature), porte les projets suivants sur son territoire, et notamment sur la commune de Montaut : un ABC de la biodiversité en production agricole, nommé « Une graine, une fleur, un enfant » prévu en mars 2022 pour tous les écoliers du primaire, et un projet culturel qui fait l’objet de son premier comité de pilotage.

Yannick Jousseaume, maire de Montaut et vice-président de la com-com, a présenté succinctement le projet ayant comme fil conducteur les agents pollinisateurs, et plus particulièrement les insectes qui en représentent 70 %. Il s’agit de proposer aux écoles qui ont candidaté six séances réparties sur l’année scolaire, avec une séance de restitution le 17 juin 2022 aux Domaine des Oiseaux de Mazères.

Quatre associations ariégeoises ont été ciblées pour répondre à cet objectif : l’association des naturalistes ariégeois (ANA), la compagnie EA, le Théâtre de la Terre, et l’association Contre Point. Le but est de proposer aux enfants des leviers d’actions très différents et complémentaires, à savoir, des ateliers nature, des ateliers cirque, théâtre, chant, dessin, kamishibaï, création artistique diverses et variées, etc.

Michel Mason, inspecteur de l’Education nationale (IEN), accompagné de Monsieur Caperan, conseiller pédagogique, a réaffirmé la volonté de l’académie de s’inscrire fortement dans des projets de développement environnementaux. Il a aussi remercié l’ensemble des enseignants présents pour leur participation à ce projet et l’effort de sensibilisation qu’ils véhiculent auprès des enfants.

Une séquence de 45 minutes, a ensuite été présentée par Anne Tison, présidente de l’ANA accompagné de Guillaume, afin de mieux connaître les agents pollinisateurs et aider les associations et enseignants présents. Le dernier point consistait, à ce que les associations et les écoles concernées prennent un temps d’échange pour mettre en place le planning des interventions sur l’année scolaire.

L’ANA, la compagnie EA, le théâtre de la Terre et l’association Contre Point ont présenté le fil conducteur et la nature des ateliers prévus sur l’année scolaire. Yannick Jousseaume a ensuite remercié l’ensemble des participants en indiquant de nouveaux programmes verraient le jour en 2022.

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du week-end à la grange d’Antras (chantier + jeu de piste) du 28 et 29 août 2021

Les « 24h pour la biodiversité » sur son territoire permettent de faire découvrir la richesse du patrimoine naturel départemental et de prendre conscience du rôle que nous pouvons jouer dans la connaissance de la biodiversité locale.

C’est pourquoi, nous avons choisi de dédier le weekend du chantier participatif du samedi 28 et dimanche 29 août de la Grange d’Antras (site en gestion de l’ANA-CEN Ariège) aux bénévoles des groupes thématiques ! L’occasion de se rencontrer et de passer un moment convivial tout en (re)découvrant le territoire de la grange sous un angle plus naturaliste.

Au programme du weekend :

  • Le Samedi 28 août était dédié au chantier participatif  (débroussaillage et amélioration des installations intérieures et extérieures).
  • Le dimanche 29 août était dédié au jeu de piste ! 3 groupes sont partis à la découverte du territoire qui entoure la grange à la recherche d’énigmes naturalistes et du code pour ouvrir le coffre fort !

Merci aux participant·es et à bientôt pour un prochain jeu de piste !

Ambre Luczynski

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la journée J.N.S.C. (dimanche 3 octobre 2021)

Le dimanche 3 octobre, nous nous sommes retrouvés à Tarascon pour visiter la grotte de Sabart, sous la conduite de Nicole, Pierrette et Aurélie. Cette journée était organisée dans le cadre des Journées Nationales de la Spéléologie et du Canyonisme. Nous étions 11 visiteurs, enfants et adultes de tous âges.

Sous le grand porche d’entrée, Nicole présente la grotte, très visitée depuis toujours, et donne les consignes de déplacement et de sécurité. La cavité fait partie du réseau karstique de Lombrive et Niaux. Dès l’entrée, on est impressionné par les grands volumes de cette grotte, couramment explorée depuis le XVIIème siècle, comme en attestent les nombreuses signatures joliment écrites, parfois caligraphiées, datant de seize cent et quelques pour certaines, du XIXème siècle ou du début du XXème pour la plupart.

Tout au long du parcours, nous observons stalactites et stalagmites, mais aussi de belles colonnes, dont la lente formation nous est expliquée. Certaines stalactites sont très épaisses, d’autres, dites fistuleuses, ont un diamètre de 2 ou 3 mm. La grotte est active et les concrétions se forment encore, les gouttes qui tombent régulièrement du plafond le prouvent. Lors d’une minute de silence dans le noir, toutes frontales éteintes, nous avons eu le loisir de les entendre faire leur patient travail. Des cupules sur certaines parois attestent d’un intense activité hydraulique à une époque reculée.

Très belle promenade sous terre, nous grimpons un peu dans les blocs rocheux, et tout le monde suit sans difficulté.

La cavité présente plusieurs entrées, et nous arrivons à l’entrée préhistorique, d’où nous sortons à l’air libre, avant de faire demi-tour. La vie n’est pas absente de la grotte : quelques rhinolophes y dorment au calme, un coléoptère et un orthoptère se montrent, vers la sortie préhistorique.

Aurélie nous amène à 2 ou 3 petits diverticules, dans lesquels les volontaires approchent d’un peu plus près la spéléologie : marche à 4 pattes, mini ramping, une courte grimpette, pour découvrir un petit plan d’eau, quelques concrétions cachées.

Entrés vers 10h30, nous en sommes ressortis à 16h, avec pique-nique sous terre, tous satisfaits de cette belle journée et plein de souvenirs et de découvertes, chacun à son niveau. Quelle belle grotte, agréable, dans laquelle on progresse sans difficulté, dans laquelle plusieurs chemins relient les galeries. Elle était très sèche ce dimanche, mais les quelques flaques, les gours et les marques sur les parois nous disent que l’on peut marcher dans l’eau en période pluvieuse, à certains endroits. Une raison de plus pour y retourner ?

Merci à nos accompagnatrices pour leurs explications, leur partage et leur bonne humeur.

Marilys Benoit

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la fin des travaux à la Grotte d’Espiougue (septembre 2021)

Fin 2020, l’ANA-CEN Ariège a acquis la Grotte d’Espiougue grâce aux nombreux dons reçus via le financement participatif. Depuis, les salarié·es et bénévoles ont bien travaillé pour mettre en place un périmètre grillagé visant à renforcer la protection du site et assurer une bonne reproduction des chauves-souris et, plus précisément, une colonie de Rhinolophes euryales et Minioptères de Schreibers.

Ces travaux ont pu avoir lieu grâce à la participation financière de La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et aux 203 contributeur·rices, grâce à qui nous avons collecté 14 660 € en deux mois ! Ce travail a été réalisé en collaboration avec le Conservatoire d’espaces naturels d’Occitanie – Page Toulouse, coordinateur du projet !

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la journée orthoptères du 25 septembre 2021 avec Bestioles et Compagnie !

Grâce à Laurélie, Thierry, Coraline, Reyjade et Carine, nous avons fait de belles observations de criquets et de sauterelles autour du Col de Port le 25 septembre dernier. 23 espèces ont été recensées malgré le temps mitigé, et notamment la rare Decticelle pyrénéenne Metrioptera buyssoni, endémique des Pyrénées centrales. L’ambiance enjouée a permis de traverser sans encombre les quelques heures de détermination studieuse, livre et loupe à la main.

Nathalie et David, https://www.bestiolesetcompagnie.fr/