Archives de l’auteur Julien Vergne

ParJulien Vergne

2020, un nouveau départ pour les Manifestations vertes en Ariège

Le label « Manifestations Vertes » évolue : démarche progressive et harmonisation des services !

Ce label garantit un événement sportif ou culturel impliqué dans une démarche d’amélioration des pratiques respectueuses de l’environnement et des personnes.

Page dédiée : https://tinyurl.com/manifs-vertes

Contact manifestationverte@ariegenature.fr

Un collectif d’acteurs se mobilise pour des manifestations éco-responsables partout en Ariège

Dès 2020, un collectif d’une quinzaine de structures spécialisées apporte une expertise et des solutions techniques adaptées à chaque manifestation d’Ariège qui le souhaite, sur les 7 objectifs suivants :

  • Favoriser l’économie locale, sociale et solidaire
  • Favoriser l’accès de tous les publics et leur cohésion
  • Minimiser et trier les déchets
  • Prendre en compte la biodiversité
  • Sensibiliser/éduquer à l’éco-responsabilité
  • Minimiser l’impact des déplacements
  • Économiser l’eau et favoriser les énergies renouvelables

Le collectif est constitué des structures suivantes :

  • Ana-Conservatoire d’espaces naturels Ariège (coordination principale),
  • APF France handicap (coordination),
  • PNR Pyrénées ariégeoises (coordination),
  • Kpsens (coordination),
  • Agence de Développement Touristique de l’Ariège (ADT 09) (coordination),
  • Conseil départemental de l’Ariège,
  • Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de l’Ariège (DDCSPP 09),
  • Communauté de communes du Couserans,
  • SICTOM du Couserans,
  • SMECTOM du Plantaurel,
  • Comité départemental olympique d’Ariège (CDOS 09),
  • Comité départemental de la Fédération française de randonnée pédestre de l’Ariège (FFRP 09),
  • Ariège Terre de Trails, du Comité départemental des Courses hors stade de l’Ariège (CDCHS 09)

D’autres structures ont apporté une expertise lors des divers échanges permettant de faire évoluer la charte initiale vers plus de cohérence sur l’ensemble du département. On peut citer notamment, Elémen’Terre, le Fond pour le développement de la vie associative (FDVA), Terre’Eau, le Civam Bio.

Au bout de 4 années de travail en concertation, les objectifs sont donc devenus plus ambitieux :  harmoniser et simplifier la démarche pour les organisateurs de manifestation sportive ou culturelle. Le logo évolue pour identifier les manifestations entrées dans la démarche et se décline avec diverses couleurs en fonction du niveau d’implication et de progression pour chaque manifestation.

Labellisations pour 2020

Les 11 et 28 novembre 2019, le comité de labellisation a procédé à l’évaluation des actions menées sur les éditions 2018 ou 2019 pour les manifestations candidates. Certaines étaient déjà labellisées via l’ancienne formule. D’autres ont mis en place des actions éco-responsables depuis plusieurs années.

Les manifestations suivantes seront labellisées pour 2020 :

Sport : l’Ariégeoise, la Gajanaise, Le Trail du Picou, le Marathon du Montcalm, le Trail des Crêtes, le Trail du Quartz, Handitour, Chaussez les baskets contre le cancer.

Culture : le festival Foix’R de Rue, Le festival MIMA, le festival Résistances, la Foire Bio 09, Autrefois le Couserans, la Fête de la Musique de Saint- Girons.

NB : Le comité prévoit déjà une 3e session de labellisation d’ici janvier 2020 pour les manifestations récemment candidates et étant déjà impliquées dans ces démarches. La liste s’agrandira donc un peu. À suivre…

ParJulien Vergne

Observer les oiseaux des Pyrénées – sortie d’un nouveau livre

Un peu de pub pour la sortie du livre Observer les oiseaux des Pyrénées, écrit par Philippe Legay et Sylvain Reyt (adhérent de l’Ana, ancien administrateur et ex-coordinateur du groupe ornitho).
http://www.editions-sudouest.com/livres/observer-oiseaux-pyrenees/
L’ouvrage pourra intéresser ceux d’entre vous qui fréquentent occasionnellement ou assidûment les Pyrénées.
D’un côté à l’autre des Pyrénées françaises, on y trouve : 
41 sites et itinéraires, qui vont de la petite balade à la randonnée en haute montagne, couvrant toutes les saisons et permettant de découvrir une grande diversité de milieux,
plus de 250 espèces traitées, des conseils de prospection, les infos utiles à avoir en tête lorsqu’on part visiter un site, etc.
En vente dans toutes les bonnes librairies :-)

Bonnes observations pyrénéennes !

Feuilleter le livre :
https://fr.calameo.com/read/004637714fb09c3845dcf

ParJulien Vergne

Nature d’Ariège Infos – BL90 (décembre 2018)

Sommaire

  • Editorial
  • La vie associative à la loupe
  • « Ariège grandeur nature »
  • Les deux dernières éclosions de la Série de posters Brins d’Ariège
  • Projet de mare de l’éco-lotissement à Dun
  • Chantier d’arrachage de Renouée du Japon, Castelnau-Durban
  • Création de catiche au bord de l’Arize à La Bastide de Sérou avec l’association 117
  • L’Alphabet du botaniste en Herbe, I comme Iridaceae
  • L’Ana, lauréate de l’appel à projets lancé par RTE, en partenariat avec le réseau des Cen

Brèves ariégeoises

  • Une nouvelle espèce de reptile dans le département de l’Ariège
  • Quoi de neuf à la RNR Massif du Saint-Barthélémy ?

Dossier du mois

  • Nous voulons des messicoles ! – le programme Messiflore –
  • Un martélo quoi ? – Un mar-té-los-cope !
  • Le Biros, une maternité pour Noctules
  • Une nuit internationale pour les chauves-souris

Télécharger le document PDF

ParJulien Vergne

Le Calendrier des 4 Saisons de l’Ana’ture 2019 est sorti

En attendant de le recevoir dans votre boîte aux lettres, vous pouvez le consulter ou télécharger ici : Calendrier de l’ANA’ture 2019

ParJulien Vergne

Rejoignez nous aux Premières Rencontres naturalistes d’Occitanie, les 22, 23 et 24 mars 2019 à Gruissan !

Nous vous avons le plaisir de vous convier aux Premières Rencontres naturalistes d’Occitanie les 22, 23 et 24 mars 2019 à Gruissan. Elles sont organisées par OC’nat, l’union des associations naturalistes d’Occitanie, dont l’Ana – Conservatoire d’espaces naturels Ariège fait partie, avec 21 autres structures actuellement. 

Vous seront proposés tout au long des rencontres :
– Des conférences scientifiques le vendredi, samedi et dimanche matin,
– Des posters, en parallèle des conférences, pour échanger avec les auteurs : Migration et hivernage des populations de Faucon crécerellette ; des tunnels pour la détection du Desman des Pyrénées ; un outil de sensibilisation original : La Caravane du Desman ; les ronces d’Occitanie (Rubus)…,
– Un forum associatif présentant ces 22 associations,
– Des animations et ateliers pédagogiques variés, 
– Un film suivi d’un débat le samedi soir : La biodiversité, c’est aussi près de chez vous.
– Des sorties nature le dimanche après-midi : sur les oiseaux des étangs, les plantes/insectes des dunes, l’herpétofaune et ses milieux, les oliviers de la ville de Gruissan…,

Alléchant, non ? Vous pouvez retrouver le programme détaillé ici : http://naturemp.org/IMG/pdf/-178.pdf 
L’entrée aux conférences scientifiques est payante (sauf le dimanche matin) et sur inscription. Le reste est gratuit. 
Pour s’inscrire c’est ici : https://www.helloasso.com/associations/oc-nat/evenements/les-rencontres-naturalistes-d-occitanie 

Nous vous attendons nombreux sur cet événement, le premier en Occitanie !
Toute l’équipe de l’ANA – CEN Ariège

ParJulien Vergne

742 espèces de la flore de France métropolitaine menacées ou quasi menacées

Communiqué de presse – 24 janvier 2019

 

 

Pour la première fois, le risque de disparition de l’ensemble de la flore vasculaire de France métropolitaine a été évalué, grâce à une collaboration associant le Comité français de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN France), la Fédération et le réseau des Conservatoires botaniques nationaux, l’Agence française pour la biodiversité (AFB) et le Muséum national d’Histoire naturelle (MNHN). Les 4 982 espèces de plantes indigènes recensées sur le territoire ont fait l’objet d’un examen approfondi, conduisant à la parution d’un nouveau chapitre de la Liste rouge des espèces menacées en France. Les résultats montrent que 15 % des espèces encourent un risque de disparition, soit 742 espèces de plantes classées menacées ou quasi menacées. 

 

Les plantes vasculaires correspondent à un groupe qui rassemble l’ensemble des plantes à fleurs, des fougères et des conifères, soit près de 5 000 espèces indigènes recensées en France métropolitaine. L’analyse fine des menaces pour ce groupe extrêmement riche et diversifié a requis plus de trois ans de travaux, la synthèse de près de trente millions de données floristiques rassemblées par les Conservatoires botaniques et la mobilisation d’une quarantaine de botanistes experts. La base scientifique inédite que constitue ce chapitre de la Liste rouge nationale aidera à réorienter les priorités et à poursuivre les stratégies de préservation de la biodiversité à l’échelle nationale comme à l’échelle locale. Toutefois, le manque de connaissances et de données fiables n’a pas permis d’évaluer le niveau de menace de 373 espèces (7 % du total). Parmi elles, certaines pourraient venir augmenter le nombre des espèces menacées.

 

Les activités humaines au cœur des menaces qui pèsent sur la flore

Les analyses menées dans le cadre de ce chapitre de la Liste rouge ont permis de faire émerger les menaces qui pèsent sur la flore. Parmi celles-ci, on trouve principalement la modification des habitats naturels, l’urbanisation croissante et l’artificialisation des terres, ainsi que l’intensification ou l’abandon de certaines pratiques agricoles. Ces pressions exercées sur les plantes et leurs habitats sont rarement isolées, elles s’additionnent et conduisent, dans un effet de synergie, au constat actuel : 421 espèces se révèlent menacées et 321 autres quasi menacées.

Ainsi, la disparition des zones humides, drainées et asséchées pour l’agriculture ou la construction de nouvelles zones urbaines, menace directement un certain nombre de plantes parmi lesquelles le Panicaut vivipare (classé En danger critique) ou la Salicaire faux-thésium (En danger). L’artificialisation des berges et la canalisation des cours d’eau ont également un impact sur la viabilité de nombreux habitats mettant en péril nombre d’espèces, à l’image du Séneçon des cours d’eau (En danger).

L’abandon progressif du pastoralisme, les changements de pratiques agricoles et l’extension des zones urbaines entraînent la régression des espaces pâturés et avec eux un risque de disparition pour des espèces comme la Spiranthe d’été et le Bouleau nain (toutes deux classées Vulnérables) ou l’Alsine sétacée (En danger). Les espèces dites « messicoles », qui accompagnent les moissons depuis les débuts de l’agriculture, comme la Nigelle des champs (En danger critique) ou la Turgénie à larges feuilles (En danger), sont aujourd’hui fortement affectées par l’intensification agricole et par l’usage excessif d’herbicides non spécifiques.

S’il est à craindre que les changements climatiques mettent en péril un certain nombre d’espèces (en particulier celles qui ont des populations réduites ou une faible aire de répartition, en zone d’altitude notamment), leurs effets sur la végétation sont encore mal connus à des échelles plus locales et de nombreuses études sont en cours pour mieux les anticiper. 

 

Un véritable enjeu pour les humains et les écosystèmes

Le monde végétal est au cœur du fonctionnement des écosystèmes et des services qu’ils nous rendent. C’est de lui que nous tirons de quoi nous nourrir, nous vêtir, nous abriter et nous soigner. À moyen ou long terme, l’érosion croissante de la diversité floristique affecte donc nécessairement notre économie, notre alimentation, notre santé et plus largement notre bien-être. À travers sa diversité et ses variations, la flore crée aussi l’identité et la variété des paysages, elle est ainsi une source d’émerveillement et de richesse pour nos territoires.

 

Il est encore possible d’agir !

En dépit de cette situation préoccupante, de nombreuses actions d’amélioration des connaissances et de conservation sont mises en œuvre en France en faveur des espèces et des habitats les plus menacés. De nombreux acteurs, parmi lesquels les Conservatoires botaniques nationaux, se mobilisent sur le terrain. Plusieurs espèces comme la Saxifrage œil-de-bouc et le Panicaut vivipare font l’objet de Plans nationaux d’actions. Des sites naturels abritant des plantes menacées comme la Renoncule à fleurs latérales, le Séneçon des cours d’eau ou la Benoîte à fruits divers bénéficient de mesures de gestion et de protection. Le développement de banques de semences et la mise en culture de plants contribuent à la conservation des espèces les plus menacées, comme la très rare Saxifrage de Gizia.

À l’avenir, la poursuite et le renforcement de ces actions apparaissent essentiels pour éviter la disparition des espèces les plus menacées de la flore et sauvegarder le patrimoine floristique exceptionnel de l’Hexagone. Pour assurer leur succès, ces actions devront s’accompagner d’une prise de conscience de chacun et d’une évolution profonde des pratiques de notre société. C’est tout le défi que souhaitent relever les partenaires de la Liste rouge, avec une étape majeure attendue en 2020, année du Congrès mondial de la nature et de la prochaine COP Biodiversité. Au cours du prochain semestre, les Conservatoires botaniques y contribueront en organisant notamment plusieurs actions de communication et de sensibilisation auprès d’un large public : diffusion de vidéos et chiffres clés sur les réseaux sociaux, appel à engagement des citoyens, exposition itinérante, visites de terrain et accueil du public jusqu’à la mi-juin.

 

 

  Publication et résultats détaillés disponibles sur :

  www.uicn.fr/liste-rouge-flore         www.fcbn.fr         inpn.mnhn.fr/actualites/lire/9541

 

  Contacts :

Comité français de l’UICN
 

Florian Kirchner

Chargé de programme espèces

01 44 05 73 58 / 06 89 29 72 89

florian.kirchner@uicn.fr

 

Fédération des conservatoires botaniques nationaux 

Alexandre Reteau

Relations presse

05 62 95 82 75

alexandre.reteau@cbnpmp.fr

Agence française

pour la biodiversité

Esther Lembléte

Agence Wellcom

01 46 34 15 64

afb@wellcom.fr

Muséum national d’Histoire naturelle

Samya Ramdane

Relations presse

01 40 79 54 40

presse@mnhn.fr

 

 

 

 

ParJulien Vergne

Bonne année 2019 !

Toute l’équipe de salariés et de bénévoles vous souhaite une excellente nouvelle année 2019!!

ParJulien Vergne

Nouveau bulletin sur les araignées

Bonjour à tous,

la sortie d’un nouveau bulletin sur les araignées est l’occasion de vous faire connaître ou de vous rappeler que l‘Association Française d’Arachnologie (dont je fais partie, avec Samuel) met à disposition sur son site, tous les articles qu’elle publie, sous format pdf, téléchargeables gratuitement.

Vous trouverez donc les articles des 5 premières Revues Arachnologiques (série 2) ; poursuite du gros travail de publication et d’édition de Jean-Claude LEDOUX.

Comme je le disais en début de mail, nous avons désormais une publication numérique uniquement : le Bulletin de l’ASFRA.

Tous les documents sont accessibles ici, dans le menu  « PUBLICATIONS » : http://asfra.fr/Site/Main_public.html

Pour les plus accros vous pouvez aussi adhérer et nous rejoindre, vous aurez entre autre le privilège d’être destinataire de la Revue Arachnologique en version papier, menu « CONTACTS ».

Bonne lecture à tous !

Sylvain DEJEAN et Samuel DANFLOUS de l’ASFRA

ParJulien Vergne

Ana – Conservatoire d’espaces naturels Ariège : la protection de l’environnement passe par la connaissance

Article paru dans l’Ariégeois magazine de novembre 2018

Ana – Conservatoire d’espaces naturels Ariège (ANA – CEN Ariège) fête ses trente ans. Depuis sa création, son évolution lui a permis de se positionner aujourd’hui comme un acteur incontournable de la protection de la nature dans le département. Pour autant, la structure doit sans cesse réfléchir à son avenir. L’Ariégeois magazine a rencontré les présidents.

Lire la suite …art_30ansAna_Ariegeoismag

ParJulien Vergne

Ambroisies, l’ARS alerte

Article paru dans l’Ariégeois magazine, novembre 2018

Parmi la dizaine de plantes envahissantes en Ariège, l’ambroisie occupe une place particulière. L’Agence Régionale de Santé (ARS) a lancé une campagne de sensibilisation contre elle. Pour autant, son éradication s’avère difficile et demande l’implication de tous.

Lire la suite … article_Ambroisie-Ariegeoismag_nov18