Archives de l’auteur Julien Vergne

ParJulien Vergne

Ambroisies, l’ARS alerte

Article paru dans l’Ariégeois magazine, novembre 2018

Parmi la dizaine de plantes envahissantes en Ariège, l’ambroisie occupe une place particulière. L’Agence Régionale de Santé (ARS) a lancé une campagne de sensibilisation contre elle. Pour autant, son éradication s’avère difficile et demande l’implication de tous.

Lire la suite … article_Ambroisie-Ariegeoismag_nov18

ParJulien Vergne

Ariège grandeur nature

Enfin un livre qui présente la faune et la flore d’Ariège!!

Depuis le temps qu’on l’attendait, que le projet était en gestation, le voilà enfin. Ce livre abondamment illustré présente la nature ordinaire et exceptionnelle de l’Ariège.

En vous laissant guider à travers les grands types de paysage, vous (re)découvrirez la richesse et les spécificités du patrimoine naturel ariégeois. Loin d’être exhaustif, ce livre présente tout de même plus de 300 espèces à travers de belles photos et des illustrations variées. Près d’une cinquantaine de contributeurs (rédacteurs, photographes et illustrateurs) ont permis de rendre cet ouvrage accessible au plus grand nombre et agréable feuilleter.

Il est le fruit d’un travail entièrement bénévole, de notre connaissance naturaliste du territoire ariégeois depuis 30 ans et de notre passion de la transmission auprès de publics variés. Vous trouverez à travers ces 240 pages de quoi vous émerveiller encore plus sur la nature qui nous entoure.

Neuf chapitres par type de paysage avec quelques éléments de compréhension de géomorphologie


Présentation d’habitats

Présentations originales d’espèces

Carnets naturalistes

Feuilletez quelques pages

Ce livre est disponible en librairie à 30 € ou directement sur le site du Pas d’Oiseau

Prix pour les adhérents de l’Ana 25 € (uniquement le premier exemplaire), contacter nous : vie.asso@ariegenature.fr

On en parle : écouter l’émission d’oxygène FM sur le sujet

ParJulien Vergne

À voir : “le Temps des forêts” – 18 sept. à Foix

“Symbole aux yeux des urbains d’une nature authentique, la forêt française vit une phase d’industrialisation sans précédent. Mécanisation lourde, monocultures, engrais et pesticides, la gestion forestière suit à vitesse accélérée le modèle agricole intensif. Du Limousin aux Landes, du Morvan aux Vosges, Le Temps des forêts propose un voyage au cœur de la sylviculture industrielle et de ses alternatives. Forêt vivante ou désert boisé, les choix d’aujourd’hui dessineront le paysage de demain.”

Interpelés par cet excellent documentaire de François-Xavier Drouet sur la gestion des forêts françaises,  des charpentiers d’Ariège organisent une projection-débat invitant toutes les personnes autour de Foix, en Ariège, qui travaillent, gèrent, vivent avec le bois et, de fait, avec la forêt.
 
Bande annonce :  https://youtu.be/guSeIaYawc4
Présentation plus complète : https://www.kmbofilms.com/le-temps-des-forets
 

La projection aura lieu le 18 septembre à 20h30 au cinéma CinéAzur Rex (centre ville de Foix) en présence du réalisateur.

 
Merci de diffuser l’information au plus grand nombre, le sujet et sa réflexion sont complexes mais ô combien nécessaires.
 
Vous pouvez contacter les organisateurs pour plus de renseignements ou d’idées pouvant faire suite à la projection (café-forêt…) : Fabrice COUTEAU de la Bois Boite SCOP (Charpente) – 06 29 33 93 44
ParJulien Vergne

Nous avons besoin de votre soutien. Votez pour des « Manifestations éco-responsables partout en Ariège »

Dans le cadre de “Un Projet pour ma planète”, un autre de nos projets a été pré-sélectionné + coup de cœur du jury citoyen ! Il fait aussi partie des 120 sélectionnés sur les 1173 candidatures initiales. Il reste à présent le vote citoyen (le vôtre). C’est ici :
 
Il s’agit de permettre qu’un maximum de manifestations sportives et culturelles prennent en compte l’environnement, l’accès pour tous et les producteurs locaux en étant accompagnées. La tâche est ambitieuse mais tous les partenaires sont motivés pour que cela fonctionne!
 
Merci d’avance pour votre soutien et votre encouragement à réaliser de vrais projets de développement durable! Merci de partager l’info !
ParJulien Vergne

Participez au suivi et à la protection des busards nicheurs en cultures

Le busard cendré est menacé dans les plaines ariégeoises. Pour cause, les nichées sont détruites par les fauches et récoltes si aucune intervention n’est effectuée.

L’ANA recherche des bénévoles qui souhaiteraient  prospecter des secteurs  propices à la nidification de cette espèce afin de localiser les nids et de les protéger.

Si vous êtes intéressé par ce type d’action, contactez Thomas Cuypers par mail à l’adresse : thomas.c@ariegenature.fr ou par téléphone au 05 61 65 90 26

ParJulien Vergne

Heureuse nouvelle année à toutes et tous!!

Cette année, l’Ana fêtera ses 30 ans d’existence et d’action à travers divers événements. Soyez attentifs! ;-)

ParJulien Vergne

Synthèse et bilan de l’avis de recherche sur la Pyrale du buis

Ecologie de l’espèce

La Pyrale du buis (Cydalima perspectalis) est un papillon nocturne d’origine asiatique. Elle a été introduite accidentellement en Allemagne puis a colonisé l’Europe. Ses chenilles se nourrissent des feuilles et de l’écorce verte des buis. En Asie, elle s’attaque parfois à des espèces de fusain et de houx. Ces espèces ne se retrouvent pas chez nous, donc pas d’inquiétude, la pyrale du buis n’attaque, en Europe, que le buis. Cette espèce se développe grâce à 3-4 générations de papillons dans l’année (plusieurs cycles papillons adultes-œufs-chenilles). Lire la suite

ParJulien Vergne

Liste des Oiseaux d’Ariège – Version 2017

La présente liste recense l’ensemble des espèces d’oiseaux sauvages observées dans le département de l’Ariège au 1er juillet 2017.
Cette liste s’appuie sur les informations collectées dans les différentes bases de données couvrant tout ou partie du territoire de l’Ariège (SICEN – Association des Naturalistes de l’Ariège, BAZNAT – Nature Midi Pyrénées, BBD – Amis du Domaine des Oiseaux) ainsi que sur les données historiques disponibles dans différents ouvrages.
Réalisée sur le modèle de la dernière Liste des Oiseaux du Paléarctique occidental (Commission de l’Avifaune Française, 2011), cette liste reprend donc les catégories A, B, C, D et E (voir signification de chacune de ces catégories) adaptées à l’Ariège, ainsi que les statuts nicheur, migrateur et hivernant pour la même échelle géographique. Seules les espèces des catégories A, B et C font partie de la liste officielle des oiseaux d’Ariège.
Les sous-espèces apparaissant dans cette liste sont annotées d’un astérisque et présentées sous forme trinominale, exemple : Bergeronnette de Yarrell * Motacilla alba yarrelli.
Au total, la liste de l’avifaune ariègeoise comporte aujourd’hui 305 espèces.

Etienne COLLIAT & Sylvain REYT
Association des Naturalistes de l’Ariège

 

Liste des oiseaux nicheurs d’Ariège – 2017

ParJulien Vergne

Espèces patrimoniales : Amélioration de la connaissance en Ariège du Nacré de la Bistorte (Boloria eunomia) et du Cuivré de la Bistorte (Lycaena helle)

Le Nacré de la Bistorte (Boloria eunomia)

B. eunomia est une espèce de papillon spécialiste à distribution très fragmentée dans la partie sud de son aire de répartition.

Dans cette région, il est localisé dans les prairies humides non fertilisées, les marais tourbeux et les mégaphorbiaies où la Renouée bistorte (P. bistorta)  est bien dévelopée (Goffart & al., 1994; Nèves & al., 1996).
Les adultes volent de Mai à Juillet en une seule génération et montrent une certaine protandrie (Schtickzelle & al., 2002). Les femelles recherchent activement les touradons de certaines graminées (Deschampsia cespitosa L., Molinia caerulea L.) pour pondre en déposant des petits groupes d’oeufs sur ou sous les feuilles de la Renouée bistorte (Tulure & al., 2009). Les chenilles utilisent les tiges de ces graminées pour s’exposer et se réchauffer (Goffart & al., 1994). Leur survie ne dépend donc pas uniquement de la présence de leur plante hôte mais elle est également déterminée par cette structure de la végétation.
En s’appuyant sur l’observation des émergences, Tulure C. & al. (2009) ont défini la qualité de l’habitat basée sur les ressources pour B. eunomia comme la présence de touradons de graminées avec une forte densité de plante-hôte. Le taux de recouvrement de cette dernière semble un facteur déterminant pour la présence des larves et des adultes. Cependant, cette espèce semble également apprécier les mégaphorbiaies et les prairies humides abandonnées.

Le Cuivré de la bistorte (Lycaena helle)

L. helle colonise les habitats marécageux. De nos jours, par manque de tels habitats naturels, il peuple également des habitats anthropogéniques, en particuliers les prairies humides abandonnées. 
Il a été démontré que la présence d’arbustes et/ou d’arbres est indispensable à la présence de L. helle sur les sites favorables. En effet, ces structures arborées lui offrent des abris nécessaires lorsque les conditions climatiques sont défavorables (en particuliers contre le vent) et permettraient ainsi un « état actif » du papillon (lors de la nutrition, de l’accouplement et des pontes) plus long et plus efficace (Skorka & al. 2006).
De plus, les mâles présentent un comportement territorial très marqués (Fischer & al., 1999 ; Graham Hart, 1996). Il utilise les branches des arbustes, arbres et grandes graminées comme perchoir depuis lequel ils défendent leur territoire de rencontre. Les structures arbustives et arborées serviraient également de dortoir aux papillons le soir venu.
La structure de la végétation en touradons semble également favorable à L. helle : Graham Hart suggère dans sa thèse (Graham E. Hart, 1996) que les feuilles de bistorte émergentes de ses structures seraient préférentiellement choisies par les femelles comme sites de ponte. En revanche, ce facteur serait moins déterminant pour le taux d’émergences de L. helle que pour celui de B. eunomia (Tulure & al., 2009). La qualité de l’habitat basée sur les ressources pour L. helle correspond donc à des prairies humides avec une forte abondance de la bistorte, bien exposée à l’ensoleillement (importante thermorégulation), offrant des abris par la présence d’arbustes et/ou de lisières forestières, et assurant une certaine disponibilité et diversité des ressources en nectar (jusqu’à 25 plantes nectarifères différentes dans les Ardennes) (Fischer & al., 1999 ; Bauerfeind & al., 2008).

Le rapport final est disponible en PDF ici.

ParJulien Vergne

Mouillères du Pla, Barrage des Grandes Pâtures (Noubals), zones humides de la vallée de la Bruyante

 

“A l’issu d’un travail de réactualisation de connaissances, réalisé en 2009-2011, sur la répartition connue en Ariège de deux papillons rares de zones humides, le Cuivré de la Bistorte (Lycaena helle) et le Nacré de la Bistorte (Boloria eunomia), un constat s’impose : les populations, en grande partie situées dans le Donezan (09), sont en déclin et les milieux humides qui accueillent celles-ci sont en cours de fragmentation.

Des premiers travaux de réouverture de “corridors écologiques” sont réalisés entre 2012 et 2014. De cette période, il ressort :

l’intérêt des travaux déjà réalisés en termes de connectivité et continuité écologique ;

le besoin de faire un bilan complet des actions réalisées d’un point de vue technique et scientifique ;

la nécessité de suivre les sites où des actions ont eu lieu pour évaluer l’effet des travaux sur un pas de temps écologiquement significatif ;

la nécessité de maintenir l’entretien des sites pour conserver le bénéfice des actions entreprises et des contacts établis avec les acteurs locaux ;

la nécessité d’impliquer les acteurs locaux dans la gestion et préservation des zones humides via des actions d’animation territoriale et de communication « tout public ».

Un plan de gestion des zones humides du Donezan (2015-2019) a donc été rédigé afin d’organiser durablement la suite de ce projet (suivi, entretien, travaux, animation territoriale et communication) sur 3 grands sites : les mouillères du Pla, les mouillères de Noubals et les zones humides de la vallée de la Bruyante.

Le choix est fait également d’orienter nos objectifs sur la conservation de la fonctionnalité hydrologique des zones humides et la préservation du cortège d’espèces, faune et flore, associé. Le Cuivré de la Bistorte est dans l’emblème de la richesse de ces milieux humides, mais les actions mises en place pour la conservation des sites ne ciblent pas uniquement ce papillon.

Les années 2015 et 2016 sont les deux premières années de mise en oeuvre de ce plan de gestion.”

Le plan de gestion des mouillères du Pla, Barrage des Grandes Pâtures (Noubals), zones humides de la vallée de la Bruyante est disponible en PDF ici ainsi que ses annexes ici.