Archives de catégorie Accompagnement des territoires

ParJulien Vergne

2020, un nouveau départ pour les Manifestations vertes en Ariège

Le label « Manifestations Vertes » évolue : démarche progressive et harmonisation des services !

Ce label garantit un événement sportif ou culturel impliqué dans une démarche d’amélioration des pratiques respectueuses de l’environnement et des personnes.

Page dédiée : https://tinyurl.com/manifs-vertes

Contact manifestationverte@ariegenature.fr

Un collectif d’acteurs se mobilise pour des manifestations éco-responsables partout en Ariège

Dès 2020, un collectif d’une quinzaine de structures spécialisées apporte une expertise et des solutions techniques adaptées à chaque manifestation d’Ariège qui le souhaite, sur les 7 objectifs suivants :

  • Favoriser l’économie locale, sociale et solidaire
  • Favoriser l’accès de tous les publics et leur cohésion
  • Minimiser et trier les déchets
  • Prendre en compte la biodiversité
  • Sensibiliser/éduquer à l’éco-responsabilité
  • Minimiser l’impact des déplacements
  • Économiser l’eau et favoriser les énergies renouvelables

Le collectif est constitué des structures suivantes :

  • Ana-Conservatoire d’espaces naturels Ariège (coordination principale),
  • APF France handicap (coordination),
  • PNR Pyrénées ariégeoises (coordination),
  • Kpsens (coordination),
  • Agence de Développement Touristique de l’Ariège (ADT 09) (coordination),
  • Conseil départemental de l’Ariège,
  • Direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations de l’Ariège (DDCSPP 09),
  • Communauté de communes du Couserans,
  • SICTOM du Couserans,
  • SMECTOM du Plantaurel,
  • Comité départemental olympique d’Ariège (CDOS 09),
  • Comité départemental de la Fédération française de randonnée pédestre de l’Ariège (FFRP 09),
  • Ariège Terre de Trails, du Comité départemental des Courses hors stade de l’Ariège (CDCHS 09)

D’autres structures ont apporté une expertise lors des divers échanges permettant de faire évoluer la charte initiale vers plus de cohérence sur l’ensemble du département. On peut citer notamment, Elémen’Terre, le Fond pour le développement de la vie associative (FDVA), Terre’Eau, le Civam Bio.

Au bout de 4 années de travail en concertation, les objectifs sont donc devenus plus ambitieux :  harmoniser et simplifier la démarche pour les organisateurs de manifestation sportive ou culturelle. Le logo évolue pour identifier les manifestations entrées dans la démarche et se décline avec diverses couleurs en fonction du niveau d’implication et de progression pour chaque manifestation.

Labellisations pour 2020

Les 11 et 28 novembre 2019, le comité de labellisation a procédé à l’évaluation des actions menées sur les éditions 2018 ou 2019 pour les manifestations candidates. Certaines étaient déjà labellisées via l’ancienne formule. D’autres ont mis en place des actions éco-responsables depuis plusieurs années.

Les manifestations suivantes seront labellisées pour 2020 :

Sport : l’Ariégeoise, la Gajanaise, Le Trail du Picou, le Marathon du Montcalm, le Trail des Crêtes, le Trail du Quartz, Handitour, Chaussez les baskets contre le cancer.

Culture : le festival Foix’R de Rue, Le festival MIMA, le festival Résistances, la Foire Bio 09, Autrefois le Couserans, la Fête de la Musique de Saint- Girons.

NB : Le comité prévoit déjà une 3e session de labellisation d’ici janvier 2020 pour les manifestations récemment candidates et étant déjà impliquées dans ces démarches. La liste s’agrandira donc un peu. À suivre…

ParYannick Porcheron

La dépêche du midi du 18 Janvier 2019 : « Un loto pour aller à la découverte de la biodiversité »

Dans le cadre de l’atlas de la biodiversité communale (ABC), l’Association des naturalistes d’Ariège (ANA) organise un loto de la biodiversité le vendredi 25 janvier, à la Maison du lac. À l’image d’un véritable loto (ambiance garantie), les participants auront l’occasion de découvrir les nombreuses espèces animales et végétales présentes sur le territoire.

Et, bien sûr, de nombreux lots sont destinés à être gagnés. Le prix du carton est de 3 €, quatre cartons pour 10 €. Les agriculteurs du territoire vont également jouer le jeu en proposant des lots gourmands ainsi qu’une restauration sur place, à partir de 19 heures, le loto lui-même démarrant à 19 h 30.

Quel est le lien entre la biodiversité et l’activité agricole ? L’enjeu du territoire est de maintenir une activité agricole viable afin d’inciter la transmission des exploitations d’élevage et ainsi maintenir les milieux ouverts, la mosaïque paysagère pour préserver la richesse biologique et la qualité de l’eau.

La communauté de communes du pays de Mirepoix s’inscrit dans plusieurs dynamiques de développement territorial pour lesquelles la préservation de l’environnement, des paysages et du patrimoine est au cœur des réflexions. L’ensemble du pays de Mirepoix constitue un territoire remarquablement préservé sur lequel l’état des connaissances des milieux naturels reste peu développé. Dans ce sens, la communauté de communes a répondu à l’appel à projet atlas biodiversité communale lancé en 2017 par l’Agence française de la biodiversité.

Un programme de sciences participatives est proposé afin d’impliquer les citoyens dans la démarche. Ce loto de la biodiversité en est l’une des animations. Pour participer, il est indispensable de s’inscrire avant le 22 janvier auprès de Pauline Levenard, de l’ANA, au 06 83 52 37 86, ou pauline.l@ariegenature.fr

ParYannick Porcheron

La Dépêche du Midi le 12 Avril 2018 : L’ambroisie dans le collimateur

Fabienne Bernard, de l’Association des Naturalistes de l’Ariège, et Alexandre Pelangeon, de l’Agence régionale de la santé, ont animé une formation sur l’ambroisie à destination des référents communaux et des techniciens et élus du Syndicat du bassin du Grand Hers.

Ils ont présenté cette plante envahissante et dangereuse pour la santé (allergies) en détaillant bien toutes ses caractéristiques botaniques, comment la reconnaître, comment et quand la détruire. Des panneaux d’exposition étaient disposés dans toute la salle et des brochures et affiches étaient à disposition des participants afin qu’ils puissent au mieux s’informer et informer leurs concitoyens. Ils s’agit de connaître la géographie des lieux d’implantation et l’évolution de leur progression, de sensibiliser les populations aux risques d’allergie et d’envahissement de la plante. Ainsi, une journée d’action , le 30 juin, sera organisée pour détruire les ambroisies repérées.

Les rôles et missions des référents territoriaux sont multiples, la gestion des nouveaux signalements, la surveillance des sites connus sur le territoire, la communication et l’information du public.

La Dépêche du Midi le 12 Avril 2018

Lors de ces formations, différents documents ont été présentés et sont téléchargeables :

Par ailleurs, voici deux vidéos introductives sur l’ambroisie :

  • l’ambroisie en deux minutes ;

  • Plus long mais plus détaillé.

ParJulien Vergne

Nous avons besoin de votre soutien. Votez pour des « Manifestations éco-responsables partout en Ariège »

Dans le cadre de « Un Projet pour ma planète », un autre de nos projets a été pré-sélectionné + coup de cœur du jury citoyen ! Il fait aussi partie des 120 sélectionnés sur les 1173 candidatures initiales. Il reste à présent le vote citoyen (le vôtre). C’est ici :
 
Il s’agit de permettre qu’un maximum de manifestations sportives et culturelles prennent en compte l’environnement, l’accès pour tous et les producteurs locaux en étant accompagnées. La tâche est ambitieuse mais tous les partenaires sont motivés pour que cela fonctionne!
 
Merci d’avance pour votre soutien et votre encouragement à réaliser de vrais projets de développement durable! Merci de partager l’info !
ParCarole Herscovici

Un Atlas de la Biodiversité Communale (ABC) : un projet de valorisation de l’environnement accessible pour tous !

La Communauté de Communes du Pays de Mirepoix s’inscrit dans plusieurs dynamiques de développement territorial pour lesquelles la préservation de l’environnement, des paysages et du patrimoine est au coeur des réflexions. Récemment, un travail multipartenarial très riche s’est mis en place afin de dessiner l’avenir du lac de Montbel, avant tout outil d’irrigation mais aussi porteur d’un véritable potentiel d’attractivité, tant en termes de cadre de vie pour ses habitants qu’en matière d’intérêt touristique pour les visiteurs du territoire. Lire la suite : Communique presse_ANA_ABC LAc de Montbel

ParMarina Leonetti

Montségur rejoint les Grands Sites de France

Le site de Montségur rejoint le réseau Grands Sites de France. Une première étape vers l’obtention du label. Pour ce faire, la communauté de communes du pays d’Olmes va lancer une étude de territoire.

«Il est temps de redorer l’image du pays d’Olmes : nous sommes dans un virage économique très intéressant. On va vers l’excellence du territoire. On se sert du patrimoine industriel comme tremplin pour l’avenir. On veut valoriser le travail des agriculteurs présents sur ce territoire. Mais aussi former des artisans en rénovation de bâtiment afin de regagner l’harmonie visuelle du début du siècle dernier» s’enthousiasme Gérald Sgobbo, le président de la communauté de communes du pays d’Olmes, satisfait de voir Montségur retenu dans le réseau Grands Sites de France. L’étude de territoire qui va être engagée dès le mois de janvier par la communauté de communes du pays d’Olmes va être déterminante pour aller au bout du processus et décrocher le précieux label Grands Sites de France. Avec l’accès au réseau des Grands Site de France, le site de Montségur va bénéficier de l’expérience des autres membres en termes de valorisation du site, et d’un soutien pour décrocher le label. Laurent Servière, conservateur à la réserve naturelle régionale (RNR) projette déjà : «Grâce à l’intégration du site de Montségur dans le réseau Grands Sites de France, la RNR mutualisera la gestion de la fréquentation du site avec celle du reste du territoire et elle développera ses campagnes de sensibilisation à l’environnement.» Et de préciser : «Les sentiers de randonnées présents sur la réserve seront ainsi consolidés, et mieux balisés.»

«Nous concilierons donc valorisation du tourisme et protection de l’environnement» ajoute Anne Tison, la directrice de l’Association des naturalistes de l’Ariège.

En novembre 2016, le Ministère de l’Environnement acceptait la candidature du site de Montségur, proposant même une extension du périmètre jusqu’à Bélesta et la vallée de Lesponne.

La Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) a prévu une enveloppe de plus de 80 000 € pour financer l’étude opération Grands Sites de France, une reconnaissance de «la qualité de l’environnement du pays d’Olmes» selon Gérald Sgobbo

En France, 16 territoires ont déjà le label. Si le site de Monségur l’obtient à son tour, il deviendra le premier Grand Site de France de l’Ariège et le deuxième d’Occitanie, derrière le cirque de Navacelles dans l’Hérault.

Morgane Malaterre – Dépêche du Midi

ParMarina Leonetti

Réunion Ambroisie à Saverdun le 23 novembre 2017

Les ambroisies, plantes exotiques envahissantes allergisantes, sont de plus en plus présentes en Ariège.
Depuis 3 ans, l’Ana travaille sur ces espèces et alerte sur leurs problématiques. Afin d’informer les acteurs de terrain à ces plantes, une réunion s’est tenue à Saverdun le 23 novembre 2017. Celle-ci a été organisée par l’ARS en collaboration avec la DDT. L’Ana est intervenue sur la présentation des deux espèces présentes en Ariège (reconnaissance, biologie, états des lieux en Occitanie et en Ariège, moyens de lutte). Discussions et échanges entre les participants ont permis ensuite d’envisager des premières actions de terrain.

Diaporama de la présentation sur l’Ambroisie 

ParMarina Leonetti

La Dépêche du Midi 17 octobre : « Des étudiants au secours d’un papillon rare et menacé »

Pendant deux jours, une vingtaine d’étudiants du lycée agricole de Pamiers se sont retroussé les manches pour rouvrir un milieu et favoriser le développement d’un papillon, rare et menacé : l’azuré des mouillères. Cette initiative est portée par l’Association des naturalistes de l’Ariège. Reportage.

Pour ces vingt étudiants appaméens, engagés depuis trois ans maintenant dans un bac professionnel «gestion des milieux naturels et de la forêt», la réouverture d’un milieu tel que cette prairie située dans Le Mas-d’Azil relève d’un exercice grandeur nature. Mais pas que.

C’est aussi pour eux l’occasion de venir en aide à une espèce rare et protégée : le papillon l’azuré des mouillères.

Ce petit papillon, de couleur marron et reconnaissable par ses ailes ornées de deux lignes de points noirs cerclés de blanc, est une espèce qui a besoin d’un milieu bien spécifique pour se développer, d’où sa rareté.

L’Association des naturalistes de l’Ariège (ANA) a donc lancé un chantier école afin de faire de sa préservation une priorité. Alexis Calard, chargé de mission à l’ANA, précise : «Ce chantier s’inscrit dans le cadre d’un appel à initiatives lancé par l’agence de l’eau Adour-Garonne en faveur de la biodiversité».

Après avoir déposé un dossier pour la restauration de ce milieu, les voilà aujourd’hui sur la propriété d’Oscar Endtz, au lieu-dit La Quérette, au Mas-d’Azil. «L’objectif est de rouvrir le milieu qui, après une cessation d’activité agricole, a eu tendance à se fermer, indique Alexis Calard aux élèves appaméens. Comme la plupart des papillons, l’azuré des mouillères est lié à une plante, la gentiane pneumonanthe, ainsi qu’à des fourmis du genre myrmica qui vont l’accueillir dans la fourmilière pour passer l’hiver. Ces deux composants sont essentiels à la survie du papillon.»

Première étape, repérer les gentianes dans la prairie, les marquer, avant de débroussailler et nettoyer la zone. Armés de débroussailleuses, de tronçonneuses ou simplement de leurs mains, les étudiants s’activent, sérieusement.

Il faut dire que pour eux, cet exercice est un passage obligé dans l’obtention de leur diplôme. «C’est un moment important pour eux puisque c’est noté, reconnaît Anouck Izard, professeur d’aménagement au lycée agricole de Pamiers. C’est aussi l’occasion pour eux de mettre en relation tout ce qu’ils apprennent en cours. Mais également d’avoir la transversalité entre toutes les matières. Il y a de l’aménagement, la gestion de la nature, l’écologie, la biologie ou bien encore les cours d’agroéquipement puisqu’ils utilisent du matériel manuel ou à moteur.» Un échange de bons procédés pour l’ANA qui travaille depuis quelques années déjà avec le lycée appaméen. «Les étudiants ressortent avec plus de connaissances et cela nous permet de mettre en place des chantiers que l’on n’aurait pas pu réaliser, faute de moyen», ajoute Alexis Calard. Un travail salué par le propriétaire des lieux qui a lui-même sollicité l’Association des naturalistes de l’Ariège. Un cercle vertueux où tout le monde y gagne.

Océane Oulés – La Dépêche du Midi

Pour voir l’article complet, cliquez ici.

ParMarina Leonetti

Poster : La réserve Naturelle Régionale du Massif de St Barthélémy

poster_rnr-st-barthPoster de présentation de la RNR du massif de St Barthélémy.

ParAdmin Site Ana

Pollution du Salat : des mauvaises habitudes à perdre

scan_20170423105808scan_20170423105856