Liste de catégorie Actualités

ParAmbre Luczynski

Natures d’Ariège Infos – BL94 (janvier 2021)

  • La vie de l’association,
  • Brèves ariégeoises,
  • Connaissances,
  • Gestion,
  • Dossier spécial,
  • Education à l’environnement,
  • Accompagnement des territoires,
  • L’Alphabet du botaniste,
  • Une équipe en mouvement.

Télécharger le document pdf

ParAmbre Luczynski

Les évènements à l’heure du Covid-19

Cher public, chèr·es adhérent·es,

Compte tenu des consignes sanitaires liées à l’épidémie de COVID 19, les animations programmées par l’Ana – Conservatoire d’espaces naturels Ariège peuvent continuer dans le respect des gestes barrières (max 6 personnes) !

Nous vous tiendrons informé·es par mail, sur le site internet et la page facebook de l’association de l’évolution de ces consignes.

ParCarole Herscovici

Restauration de mare à Lézat sur Lèze

“Le 18 novembre, une pelle mécanique creusait la propriété de Trille Neuf à Lézat sur Lèze. « C’est une opération de restauration des mares, explique Stéphane GROCHOWSKI, Directeur technique de l’ANA-CEN Ariège. Comme elles ne sont plus utilisées pour l’abreuvement du bétail, elles se comblent et il est nécessaire de les curer pour maintenir les milieux ouverts et favoriser ainsi la biodiversité ». Les élus de la vallée de la Lèze sont venus visiter le chantier après avoir mis en relation les propriétaires des mares avec l’ANA-CEN Ariège. « C’est en effet une opération intéressante de restauration des milieux aquatiques qui permet de maintenir notre patrimoine rural menacé par la disparition de l’élevage », commente Francis BOY, Vice-président du SMIVAL en charge du patrimoine naturel et des usages des rivières. L’opération se poursuit et les propriétaires de mares de la vallée peuvent encore contacter l’ANA-CEN Ariège 05 61 65 80 54 ou le SMIVAL 05 61 87 38 49 pour intégrer ce programme gratuit de curage des mares.” Thomas Breinig, Directeur du SMIVAL *

* Syndicat Mixte de la Vallée de la Lèze :  créé en 2003 par les élus de la vallée pour répondre au problème des inondations, le SMIVAL intervient à l’échelle cohérente du bassin versant de la Lèze. Il réunit 24 communes réparties dans 5 Établissements Publics de Coopération Intercommunale à Fiscalité Propre (EPCI FP) sur les 2 départements de l’Ariège et de la Haute Garonne.

ParAmbre Luczynski

Le festival Ariège Grandeur Nature réduit sa voilure… mais se maintient le samedi 3 octobre !

Face au passage du département en zone rouge, des adaptations se sont imposées

Compte tenu de l’évolution de l’épidémie et de la circulation active du virus en Ariège, l’ANA‐CEN Ariège a adapté la programmation de sa journée festival et limiter la jauge des participant∙es aux différentes animations à 30 personnes maximum à la fois (sur réservation), afin de respecter la distanciation physique et les gestes barrière. Dans ce cadre, seules seront maintenues deux audio‐conférences de Fernand Deroussen, ainsi que cinq sorties de terrain, sur réservation.

Malheureusement, la tenue de stands animés, les expositions photos et l’apéro musical n’auront pas lieu.

Ci-dessous le programme adapté de la journée :

  • Conférence “La Nature fait sa musique : à l’écoute de la grande symphonie du vivant !”

Cette conférence d’1 heure sera diffusée 2 fois à 14h et 16h dans la salle Jean Nayrou, La Bastide de Sérou. Compte tenu de la nouvelle réglementation sanitaire, la jauge de la salle est limitée à 30 personnes. La réservation est donc obligatoire auprès de l’ANA-CEN Ariège : vie.asso@ariegenature.fr ou par téléphone : 05 61 65 80 54

  • 5 sorties nature, autour de La Bastide de Sérou, Castelnau-Durban et Camarade (Pensez bien à vous inscrire auprès des animateur·rices des sorties (jauge limitée))

– RDV  10 h : “Venez découvrir un site agricole en gestion conservatoire à Camarade”, avec Alexis Calard. Réservation obligatoire auprès de alexis.c@ariegenature.fr / 06 09 05 50 17.  RDV devant l’espace Jean Nayrou, La Bastide de Sérou – durée 1h30

– RDV 10 h : “Découverte des arbres du sentier du Calvaire”, avec Guillaume Bonnin, réservation obligatoire auprès de : guillaume.b@ariegenature.fr / 06 06 85 60 91. RDV : devant l’espace Jean Nayrou, La Bastide de Sérou – durée 1h30

– RDV 10h30 : “Découverte des aménagements en faveur des mammifères liés à l’eau sur l’Artillac à Castelnau-Durban”, avec Pauline Levenard. Réservation obligatoire auprès de :  pauline.l@ariegenature.fr / 06 83 52 37 86.  RDV : devant l’espace Jean Nayrou, La Bastide de Sérou – durée 1h30

– RDV 11h30 : “Découverte de la vie de la rivière, sur l’Arize”, avec Guillaume Bonnin, réservation obligatoire  guillaume.b@ariegenature.fr /06 06 85 60 91. RDV : devant l’espace Jean Nayrou, La Bastide de Sérou – durée 1h00

– RDV 15h30  : Sortie “ A la découverte du monde souterrain” à la grotte de la Mine du Pouech d’Unjat, en partenariat avec le CDS 09. Inscription obligatoire : nicole.ravaiau@wanadoo.fr / 06 20  19 76 75

ParCarole Herscovici

Natures d’Ariège Infos – BL93 (juillet 2020)

  • La vie de l’association,
  • Brèves ariégeoises,
  • Etudes : Floralab,
  • Découverte d’une nouvelle espèce pour l’Ariège et la Réserve…,
  • Bilan de l’activité du Eéseau Aigle Royal en Ariège,
  • A la découverte de la faune autour du Lac de Montbel,
  • L’Hers et ses affluents à la loupe,
  • L’Alphabet du botaniste en Herbe, M comme Malvaceae,

Téléchargez le document pdf

ParCarole Herscovici

Le calendrier de l’ANA’ture 2020 est sorti

Si vous ne l’avez pas reçu dans votre boîte aux lettres, vous pouvez le consulter ou télécharger ici : Calendrier de l’ANA’ture 2020

ParCarole Herscovici

La Fondation Banque Populaire du Sud soutient l’ANA-CEN Ariège

La Fondation Banque Populaire du Sud a récompensé l’ANA-CEN Ariège , comme association lauréate en décembre 2019 dans la catégorie Patrimoine Culturel Local, pour ses travaux sur la restauration de l’Herbier de Christian Maugé et sur les travaux d’aménagement de la grange d’Antras.

Plus d’informations dans la vidéo https://youtu.be/RFoobcF3FwU

ParAmbre Luczynski

Appel à bénévoles pour collecter les tiques piqueuses

En 2020, l’ANA-CEN Ariège devient relais territorial CITIQUE dans le cadre de son programme « Santé Environnement ». Ce projet a pour but de sensibiliser le grand public aux enjeux liés aux tiques en s’appuyant sur un programme existant « CITIQUE » puis à intégrer les participant·es dans une démarche de recherche participative. Plusieurs objectifs opérationnels sont visés :

  • Organiser une collecte des tiques piqueuses à l’échelle du département ;
  • Organiser un réseau de personnes relais qui seront formées aux gestes de prévention et qui pourront récolter les tiques au niveau local ;
  • Favoriser la prévention contre les piqûres de tiques par le biais d’actions de sensibilisations auprès de tous les publics.

Notre premier objectif est de trouver des bénévoles sur le territoire ariégeois qui récolteront les tiques piqueuses et seront un relais auprès des particuliers dans le but de les acheminer vers les bureaux de l’ANA-CEN Ariège. Une fois dans nos locaux, elles seront envoyées au Laboratoire Tous Chercheurs de Nancy Chapenoux. C’est dans cette optique que nous faisons appel à vous !
Une première réunion a eu lieu le 16 novembre dernier pour familiariser les nouveaux bénévoles avec le programme CITIQUE et leurs futures missions. Si cette mission vous intéresse ou si vous souhaitez simplement en savoir plus n’hésitez pas à contacter Jocelyn Bordeneuve par mail (jocelyn.b@ariegenature.fr) ou appeler le 05 61 65 90 27 (si vous laissez un message, précisez bien vos coordonnées). Une nouvelle réunion d’information aura lieu pour les nouvelles personnes bénévoles.
Bonne journée à tous,
Pour en savoir plus sur le programme CITIQUE rendez-vous sur le site internet : https://www.citique.fr/

ParFabienne Bernard

Ambroisies en Ariège : bilan 2019

Ambroisie à feuilles d’armoise et Ambroisie trifide : la situation en Ariège

Ces 2 espèces sont suivies depuis 2015 par l’Ana-Conservatoire d’espaces naturels Ariège, au nord et à l’est du département. Des prospections sont menées chaque année, de juillet à octobre, en parcourant le territoire à pied et en notant chaque station avec de l’ambroisie. Selon les endroits, une station peut contenir quelques pieds ou des milliers. 189 stations ont été ainsi repérées, dont 78 avec de l’Ambroisie à feuilles d’armoise et 111 avec de l’Ambroisie trifide.

Si la première espèce a été observée dans différents milieux (bords de rivière, de route, dans des gravières, dans des cultures…), l’ambroisie trifide n’a été observée qu’en contexte agricole (et en bord de route le long des cultures). Les analyses des données de stations d’ambroisie trifide (2018) montrent que le milieu agricole est largement impacté.

ParFabienne Bernard

Lutter contre les ambroisies

Pour lutter contre ces espèces, différentes méthodes de gestion (préventives et curatives) sont utilisées, notamment dans les régions où elles sont présentes depuis longtemps. Si leur éradication semble impossible quand les plantes sont bien installées, limiter leur installation est primordial pour éviter un envahissement qui deviendra vite ingérable.

Des conseils de gestion, en cultures et en inter-cultures, sont proposés dans de nombreux documents techniques. Le plan de lutte (https://solidarites-sante.gouv.fr/IMG/pdf/plan_d_action_ariege_2019.pdf), annexé à l’arrêté préfectoral, signé en Ariège en avril 2019, en présente un panel.

Les très nombreuses graines des ambroisies étant viables longtemps (jusqu’à 40 ans), leur gestion demande de la persévérance. En milieu agricole, le principal mode de dispersion est dû au transport des graines par les machines d’un champ à l’autre, et par l’utilisation de semences contaminées (non certifiées).

Méthodes préventives : Eviter l’implantation et détruire les plantes avant grenaison

  • rotations culturales : introduire des cultures d’hiver dans la rotation, à condition de déchaumer l’été pour détruire les levées d’ambroisie d’été
  • réaliser des faux-semis avant mise en culture
  • attention : dès la première infestation, ne pas enfouir les graines et intégrer plusieurs cultures d’hiver successives dans la rotation permettant de détruire les levées d’ambroisies en interculture. La surveillance des jachères et des bords de champ permet de prévenir d’une éventuelle contamination.

Méthodes curatives : Détruire le plus tôt possible, éviter à tout prix la grenaison

  • lutte mécanique : herse étrille ou houe rotative sur levées, binage jusqu’à 6 feuilles. Broyage haut avant épiaison, repasse 4 semaines après. Destruction par déchaumage en interculture.
  • lutte chimique : sur jeunes stades et dans le respect des réglementations en vigueur. Le binage reste un bon complément au désherbage chimique. Pour des renseignements plus précis, vous pouvez vous rapprocher d’un technicien de la Chambre d’agriculture, ou consulter des sites dédiés, comme celui de Fredon Occitanie, de l’Observatoire des ambroisies…