Liste de catégorie Zoom sur les sorties

ParAmbre Luczynski

Compte rendu de sortie du 5 juillet 2021 dans la grotte du Pas du Portel (Loubens, Ariège)

Nous sommes guidés par Thomas, de l’ANA-CEN Ariège, qui nous propose la visite de la grotte du Pas
du Portel. Cette grotte est fréquentée par des colonies de chauves-souris.

  1. Intérêt et conservation des données environnementales
    Le guano est une archive environnementale qu’il importe de recenser en vue d’éventuels prélèvements. Un tas de guano, n’est pas une tourbière. Il doit faire l’objet d’une infinie précaution pour ne pas détruire un témoin quasi-archéologique dont l’extension est limitée dans l’espace. Jusqu’à présent personne ne s’est vraiment intéressé au guano ; nous sommes en fait des pionniers en la matière.

 

Figure 1. Entrée de la grotte – Jean-Yves Bigot

Plus tard, il faudra certainement réglementer les prélèvements de guano comme on le fait déjà pour les fouilles
archéologiques, afin de protéger les sites à haute valeur environnementale.
Avec l’avancée des sciences, de nouvelles méthodes de datations ont été utilisées sur des échantillons prélevés
dans le milieu souterrain, notamment les datations cosmogéniques sur les sédiments enfouis et la méthode
radiométrique par l’uranium-thorium sur les spéléothèmes des grottes. Ainsi, on a vu des scientifiques
totalement étrangers au milieu investir les grottes et prélever des éléments de la caverne sans tenir compte du
contexte karstologique. Ces intervenants « extérieurs » n’avaient aucune idée du milieu spécifique dans lequel
leurs prélèvements avaient été effectués. C’est bien cela qui menace les tas de guano séculaires, voire
millénaires. De ce point de vue, les chiroptérologues ont devancé tous les autres en préservant l’animal, la
chauve-souris, à l’origine des archives environnementales. Il faudra donc un avocat pour défendre et
réglementer les prélèvements dans les tas de guano, si on ne veut pas les voir disparaître d’un coup dans une
ruée scientifique incontrôlée. Les écologistes ont une longueur d’avance sur la conservation des archives ; on
leur doit un chapitre de l’Histoire du guano : « De l’intérêt des bébêtologues dans la préservation des données
environnementales. »

  1. Observation in situ
    Certes, la grotte est occupée par les chiroptères, mais nous ne voyons au sol aucun tas de guano. Il est vrai que
    les déjections animales sont régulièrement emportés par les crues de la rivière souterraine (fig. 1).
    Malgré un examen attentif, nous n’observons aucune biocoupole ou forme de biocorrosion caractéristique. Il
    faut croire que la grotte est relativement récente à l’échelle géologique. La cavité est encore en activité
    puisqu’elle est régulièrement parcourue par un cours d’eau (perte de rivière) ; tout cela peut expliquer
    l’absence de formes.
    Par ailleurs, les voûtes continuent d’évoluer et les chutes de blocs sont encore fréquentes. La cavité a été
    creusée dans les bancs redressés du calcaire de la chaîne du Plantaurel. Il s’agit d’une structure géologique
    simple qu’on retrouve également sous terre (fig. 2 & 3).

Malgré sa relative jeunesse d’un point vue spéléogénique, on trouve dans la grotte des
remplissages scellés par des coulées de calcite, ainsi que des grands gours incisés par la rivière (fig. 4).

Figure 2. Galerie creusée perpendiculairement au pendage. La cavité suit l’axe de la structure géologique – Jean-Yves Bigot
Figure 3. La structure monoclinale du calcaire a guidé le creusement des galeries – Jean-Yves Bigot
Figure 4. Les traces de remplissages et les coulées attestent de l’histoire de la cavité – Jean-Yves Bigot

Au détour d’une galerie, un imposant tas de guano a été miraculeusement conservé (fig. 5 & 6). Il s’agit d’une
mine d’informations peu accessible. Ce tas de guano, situé dans les plafonds de la grotte, a été préservé du
piétinement et des crues de la rivière souterraine. Certes, il est intact, mais on aperçoit des traces verticales qui
pourraient être dues à des chutes de pierres.
Nous n’avons pas encore vu beaucoup de rivières souterraines peuplées de chauves-souris, pourtant Thomas
précise qu’il peut s’agit d’un choix judicieux qui vise à se mettre à l’abri des prédateurs.
Plus loin, on trouve quelques ressauts et bien sûr un siphon qui marque le terminus de la visite ( fig. 8). Dans
les vasques et entre les brindilles, on trouve toutes sortes d’animaux emportés par le courant, mais on
n’aperçoit aucune bestiole inféodée au milieu souterrain.

Figure 5. Le tas de guano perché dans les voûtes de la galerie – Jean-Yves Bigot
Figure 6. Le tas de guano est encore alimenté comme l’indiquent les traces de moisissures – Jean-Yves Bigot
Figure 7. Les concrétions se développent malgré les crues destructrices de la rivière souterraine – Jean-Yves Bigot
Figure 8. La grotte se termine par un siphon où s’accumulent toutes sortes de détritus et de bestioles entraînés par le courant – Jean-Yves Bigot

Laurent Bruxelles, Élodie Dardenne, Gregory Dandurand, Céline Pallier, Thomas Cuypers & Jean-Yves Bigot

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du chantier participatif à la grange d’Antras (samedi 29 et dimanche 30 mai 2021)

Le week-end dernier nous nous retrouvions tous pour un nouveau chantier participatif à la grange d’Antras ! Nous étions 12 bénévoles sur place (salarié·es, administrateur et adhérent·es confondus) avec un objectif en tête : créer une magnifique « terrasse » digne de ce bel endroit !

2 groupes se sont rapidement formés dès le samedi matin :

  • 1 groupe dédié à la « construction » de la terrasse, pelles, pioches et autres outils nous ont permis d’élargir l’espace qui sera dédié aux pique-niques partagés lors des beaux jours !
  • Et 1 groupe dédié à la construction de la rambarde en noisetiers : au programme coupe de noisetiers (avec sécateurs et cisailles) et tressage de la rembarde !

Après un repas bien mérité, chacun a vaqué à ses occupations jusqu’à 16h ou certains ont décidé de redescendre avant l’orage. Une partie des bénévoles est restée dormir à la grange pour profiter de la fraicheur et de la vue sur les montagnes.

Au programme du dimanche : randonnée !

Un petit mot du conservateur bénévole de la grange d’Antras et administrateur de l’ANA-CEN Ariège, Emile Simonato :

« Malgré une prévision météo incertaine, un grand merci à Ambre, Laura, Alexandra, Solène, Michèle, Anja, Guillaume, Thomas, David, Pierre et Jérémy d’avoir répondu présents et réalisé en brio un tel ouvrage dans une excellente bonne humeur partagée. 
Émile. 
»

Quelques photos avant/après pour montrer le résultat :

Merci à vous toutes et tous et à bientôt pour un nouveau chantier participatif !

Ambre Luczynski

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu des deux sorties du 27 avril 2021 sur le Desman des Pyrénées et les chauves-souris d’Ariège !

C’est sur une zone Natura 2000 que nous avons découvert, lors de deux sorties le samedi 27 Mars 2021, le Desman des Pyrénées et les chauves-souris d’Ariège. Lors de cette journée, deux groupes d’une dizaine de personnes sont venus découvrir les habitats, les lieux de chasse, les régimes alimentaires et les prédateurs de ces animaux.

Mais qu’est-ce qu’une zone Natura 2000 ? 

Le réseau Natura 2000 vise à maintenir la biodiversité des milieux à travers la protection de sites naturels ou semi-naturels et de la faune et la flore qu’ils abritent. 

Cette matinée a débuté avec une balade le long du Lez à Moulis durant laquelle nous avons pu faire un zoom sur le Desman des Pyrénées, cette espèce énigmatique et endémique des Pyrénées. Sans surprise, nous n’avons pas croisé cette espèce protégée, mais plusieurs activités ont permis aux participant·es d’en apprendre plus sur ce petit animal.

Tout d’abord, nous avons essayé de dessiner le Desman, puis nous avons parlé de son histoire. Lors d’une pause, nous avons cherché et observé les larves et les insectes dont le Desman se nourrit, puis nous avons parlé de ses prédateurs. Pour finir cette matinée sur le Desman, nous avons abordé l’influence des activités humaines sur ces mammifères (retenues d’eau, pollution des cours d’eau, etc.).                                                                                                                                                                                        

L’après-midi était dédiée à la découverte des chauves-souris d’Ariège ! La balade a commencé le long du Lez dans un espace naturel. C’est là que nous avons échangé sur le cycle de vie de ce mammifère volant ainsi que sur son régime alimentaire. Plus tard, nous avons également parlé de ses techniques de chasse et de ses prédateurs.

Pour finir cette sortie, nous sommes allées dans le village d’Engomer pour observer les lieux de vie et parler des déplacements des chauves-souris proches de chez nous. C’est ici que nous avons découvert l’influence des activités humaines sur ces mammifères, l’occasion d’aborder la problématique de la pollution lumineuse.

Les deux sorties faites pendant cette journée étaient des balades interactives. Nous nous sommes déplacé·es proches des lieux de vie des animaux mis en lumière lors des animations. Pendant nos sessions de marche, les échanges nous ont permis d’en apprendre plus sur ces animaux et ces milieux. Cette balade était rythmée par  des pauses et des petites animations pour aller plus loin sur certains sujets.

Guillaume Bonnin

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la sortie « L’eau s’eCOOLe en basse Ariège » (samedi 17 avril à Pamiers)

Samedi 17 avril, Guillaume Bonnin retrouvait un groupe de 5 participant·es à Pamiers pour une sortie sur le thème de l’eau !

Au programme de cet après-midi, une balade pour observer et découvrir la faune présentes dans l’eau : la Loutre d’Europe, le Desman des Pyrénées ou encore les petites bêtes de l’eau, indice de la bonne qualité de l’eau !

Nous avons également pu observer la flore locale et exotique présente sur les berges de l’Ariège. Le Buddleia de David et le Robinier faux-acacia (espèces exotiques envahissantes) étaient très présents.

Ce parcours nous a également permis de redécouvrir l’Abbaye de Cailloup (Mas-Vieux Saint-Antonin) et ses jardins aromatiques.

Cette sortie visait tout particulièrement à mettre en lumière le fonctionnement et la richesse des milieux humides, de la faune invisible à la flore majestueuse et dévoiler les secrets cachés de notre environnement.

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu des 2 journées de formation du programme « Sensibilisation à la biodiversité sonore » (12 et 13 mars 2021)

Dans le cadre du programme « Sensibilisation à la biodiversité sonore », Cécile Regnault et Patrick Romieu (chercheurs en anthropologie et traitement culturel du sonore) ont animé une formation à l’écoute des paysages sonores les 12 et 13 Mars dernier à Serres sur Arget et au Lac de Mondély. 

Une vingtaine de guetteurs et guetteuses de son (bénévoles de l’ANA-CEN Ariège et “curieux de l’oreille”) ont participé à ces rencontres. passant successivement d’une approche théorique à une immersion pratique dans le monde de l’écoute des espaces sonores.

Cette première formation sera suivie d’une prochaine rencontre au mois de juin, pour échanger sur nos trouvailles sonores.

Plus d’informations sur le projet auprès de Sabina Geffroy – Animatrice et coordinatrice du projet “Biodiversité sonore” – 05 61 65 90 27 / sabrina.g@ariegenature.fr

Sabrina GEFFROY et Carole HERSCOVICI

Projet primé par la Fondation BP Sud

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la Rentrée des bénévoles 2021 de l’ANA-CEN Ariège

La « Rentrée des bénévoles 2021 » a eu lieu en présentiel ce samedi 6 mars dans la salle Polyvalente de Serres-sur-Arget de 14h à 17h !

Cette réunion ouverte aux adhérent·es de l’ANA-CEN Ariège a accueilli 65 personnes et s’est déroulée en deux temps : 

  • Une présentation de l’association, du fonctionnement des 6 groupes thématiques et du programme de formations et sorties 2021 ;
  • Un moment d’échange sur nos stands respectifs (vie associative, botanique, ornithologique, herpétologique, chiroptère, petites bêtes) entre bénévoles et animateur·rices.

Pour les adhérent·es qui n’ont pas pu participer à cet après-midi voilà un petit récapitulatif des formations proposées par les groupes thématiques !

Vie associative : 

  • 1 formation à l’animation de stand – samedi 17 avril (ambre.l@ariegenature.fr)
  • 3 weekends chantiers à la grange d’Antras – 29 et 30 mai/ 28 et 29 août /9 et 10 octobre 
  • 2 chantiers crapauducs en décembre (pauline.l@ariegenature.fr et carole.h@ariegenature.fr)
  • 1 formation Photothèque – Mercredi 31 mars (yann.v@ariegenature.fr
  • 1 (ou plusieurs) chantier(s) de nettoyage de sites (infos à venir) 
  • 1 formation pour participer à l’informatisation du centre de ressources de l’ANA-CEN Ariège avec Sophie Esnault ! (Infos à venir)

Botanique : 

  • 1 formation d’initiation à la détermination des Poacées (Graminées) – sur 2 jours dimanches 23 mai et 8 août 2021 (francoise.laigneau@lilo.org) 
  • 1 formation d’initiation à la détermination des orchidées – sur 2 jours entre le 15 juin et le 15 juillet (catherine.m@ariegenature.fr
  • Participation aux protocoles de suivi d’espèces Urbaflore (cecile.b@ariegenature.fr) !
  • Participation au groupe de montage d’herbiers (paulalamy@orange.fr

Ornithologique : 

  • Initiation chants d’oiseaux niveau 1 – Mercredi 24 mars à Serres-sur-Arget (julien.v@ariegenature.fr
  • Initiation chants d’oiseaux niveaux 2 – Mercredi 31 mars à Serres-sur-Arget (julien.v@ariegenature.fr) !
  • Initiation identification des passereaux de montagne (visuelle et auditive) (infos à venir)

Herpétologique :

  • Participez à la précision de l’aire de répartition du Triton marbré (Triturus marmoratus) – formation prévue au Printemps (pauline.l@ariegenature.fr
  • Participez à la précision de la répartition de la Tarente de Maurétanie en Ariège – infos à venir (buisson.olivier@wanadoo.fr
  • Confirmer la présence et préciser la répartition du Crapaud accoucheur (buisson.olivier@wanadoo.fr)

Petites-Bêtes : 

  • 1 formation d’initiation à la détermination des papillons d’altitude d’Ariège – printemps (alexis.c@ariegenature.fr)
  • 1 weekend d’approfondissement et de suivis dans le cadre de l’Atlas des Papillons – été (alexis.c@ariegenature.fr)
  • 2 journées de formation orthoptères sur le terrain (grillons, criquets et sauterelles) Formation réservée aux adhérent·es de l’ANA-CEN Ariège inscrit·es à la formation orthoptères, proposée par David et Nathalie de Bestioles et Compagnies. Ces derniers proposent un tarif promotionnel de 97€ au lieu de 400€ aux adhérent·es de l’ANA-CEN Ariège pour la formation en ligne d’un an. Attention les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 14 mars. Le bon de réduction pour les adhérents de l’ANA-CEN Ariège est : PRIVILEGE_ANAmars21 

En suivant ce lien http://www.bestiolesetcompagnie.fr/accompagnement-orthopteres/  cliquer sur “Je m’inscris” et saisir le bon de réduction avant de régler sur une page sécurisée. Ensuite l’accès à la plateforme de formation est immédiat.

Chiroptères : 

  • 1 journée d’initiation à la découverte des chauves-souris d’Ariège – Samedi 17 avril  (thomas.c@ariegenature.fr/yoorana.p@ariegenature.fr)
  • 1 journée d’approfondissement sur les chauves-souris d’Ariège – samedi 4 et dimanche 5 septembre (thomas.c@ariegenature.fr/yoorana.p@ariegenature.fr)

Merci encore à tous les bénévoles et futurs bénévoles qui soutiennent chaque année nos actions et à très vite !

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la sortie “Mare des amphibiens” du samedi 6 février 2021

Les mares, ces étendues d’eau stagnante et peu profonde avec bien des utilités. Nous sommes allé·es à la découverte de ce milieu le samedi 6 février 2021. Lors de cet après-midi, deux groupes d’une dizaine de personnes sont venus découvrir ces habitats riches en biodiversité, autour de la mare pédagogique de Serres-sur-Arget.

Groupe de participant·es à la sortie – Ambre Luczynski

Tout d’abord, nous avons pu faire un zoom sur les mares pour en apprendre plus sur leurs histoires et sur leurs fonctionnements. Ces lieux de vie sont méconnus et ont pourtant une grande utilité écologique !

Ensuite nous avons eu la chance de pouvoir observer des crapauds épineux ainsi que des œufs de grenouilles, nous en avons appris plus sur les amphibiens et plus particulièrement sur les crapauds et les grenouilles.

La découverte du cycle de vie de ces animaux s’est faite à travers un petit jeu, qui nous a permis de comprendre les différents stades d’évolutions, les migrations et le régime alimentaire de nos amis les Anoures (amphibiens qui ont perdu leurs queues à l’Age adulte).

Crapauds épineux – Guillaume Bonnin
Œufs de grenouilles rousses – Guillaume Bonnin

Cette sortie a été organisée dans le cadre de la journée mondiale des zones
humides, une journée qui célèbre l’anniversaire de la convention Ramsar (qui vise à enrayer leur dégradation ou leur disparition, en reconnaissant les fonctions écologiques ainsi que les valeurs économiques, culturelles, scientifiques et récréatives des zones humides) cette journée est aussi consacrée à la sensibilisation sur les différentes zones humides.

Guillaume Bonnin

ParAmbre Luczynski

Compte rendu des comptages des dortoirs de milans royaux 2021 sur le département de l’Ariège et environs

Les comptages donnent une valeur minimale et ou une valeur maximale des oiseaux comptés et je donne une estimation de la population hivernante au moment du comptage prenant en compte la connaissance de la zone dortoir et les conditions de réalisation du comptage. (Benjamin Bouthillier)

  • Zone dortoir de Artigat, Le Fossat, Sainte Suzane (Ariège) :
    Le comptage a eu lieu le vendredi 8 janvier avec 3 équipes de comptage et 7 personnes : Coordination Bouthillier Benjamin.
    180 milans royaux sur le dortoir majeur de Sainte Suzane. 0 milan royal sur le dortoir Majeur de Carla-Bayle (Le Fossat) 41 milans royaux sur le dortoir majeur d’Artigat et 2 sur un dortoir mineur.
    Au total, nous avons compté 223 milans royaux.
    L’estimation de la population hivernante est identique au comptage.
    Observateurs : Baby Sylvie, Boniface Jean-François, Bouthillier Benjamin, Delmas Carine, Garama Ruud, Lepinoy Guy, Prime Richard. Un milan balisé a été observé.

Zone dortoir de Pamiers (Ariège)/Aude :
Un premier comptage a eu lieu le samedi 9 janvier avec 20 équipes de comptage et 53 personnes. La neige et le brouillard ont empêché le comptage de se terminer. Un deuxième comptage plus partiel a
été organisé le lundi 11 janvier avec 10 équipes de comptage pour 13 personnes ; Coordination Baby Sylvie, Bouthillier Benjamin, Kern Dominique et Vancayseele Dominique.


Le samedi, les comptages sur les sous dortoirs et dortoirs satellites du secteur de Gaudies, Mazères, Molandier, Plaigne et Lafage (LPO Aude) ont tous été négatifs. Les milans royaux observés sur ce secteur rentraient tous en direction des dortoirs majeurs de Saint Amadou et de Le Carlaret. Ces secteurs n’ont pas été compté le lundi, ils sont donc enregistrés avec aucun individu, même si des oiseaux ont pu être présent le lundi.

Le lundi : 52 milans royaux sur un dortoir majeur de Le Carlaret ; 329 milans royaux sur un dortoir majeur de St Amadou ; 42 à 52 milans royaux sur un dortoir mineur de St Amadou ; 10 milans royaux sur un dortoir majeur de Verniolle avec 52 qui sont partis vers le dortoir majeur de Saint Amadou et comptabilisé sur celui-ci ; 70 à 72 milans royaux sur le dortoir satellite de Manses plus une quinzaine de milans royaux qui sont partis sur le dortoir majeur de Saint Amadou, le nombre et le comportement des milans est similaire avec le comptage du samedi ; 0 milan royal sur le sous dortoir de Teilhet qui est certainement de type anniversaire, une battue aux sangliers a eu lieu lors du comptage de samedi ; 3 à 4 milans royaux sur le dortoir satellite de Troyes d’Ariège, dortoir que l’on peut aussi classer parmi les micro dortoirs volatils ; Les autres sous dortoirs n’ont pas eu de milans royaux ou n’ont pas été recompté du fait de leur relative faible importance en terme d’occupation cette saison. Il est à noter que l’épisode neigeux n’a globalement pas modifier le comportement du groupe de milans royaux de la zone. Trois milans royaux balisés étaient présents sur Saint Amadou et deux sur Manses. Un milan balisé a été observé.

Au total, nous avons compté 506 à 519 milans royaux. L’estimation de la population hivernante est de 550 à 600 individus.

Observateurs du samedi : Allais Jules, Baby Sylvie, Barbosa Emilie, Barthe Emma, Bayle Léa, Bothorel Véronique, Bothorel hombeline, Bothorel Maximilien, Bouthillier Benjamin, Castilla Luc, Chalmeau Raphaël, Coutu Lucien (OFB), Cunin Pascale, Dillenseger Hervé (OFB), Domergue Fiona, Dramard Jean-Michel, Espëre Tom, Fehlmann Mathieu, Ferrand Aude, Field Valentin, Gaborit-Loret Aude, Gady Marie-Pascale, Gauthier Pierre, Gnante Marine, Grenerau Laurent, Grenereau Nino, Guiraud Michel, Kern Dominique, Lajudie Guillaume, Lebreton Marine, Lefrançois Jean-Yves (OFB), Lepinoy Guy, Michaudon Julien, Pasquier Christophe, Pasquier Marie-Anne, Pau Héloïse, Pialot Angèle (OFB), Plé Alban, Plé Mathilde, Pratx Corelia, Regnaux Alexandra (REVEAS), Riols Christian (LPO), Rousseau Denis, Rousseau Eléa, Rozec Xavier (OFB), Serafinowicz Vladimir, Simonato Emile, Soupault Pierre-Marie, Vancayseele Dominique, Vidal Pauline, Vilagines Lydia, Vulvin Thomas, Wentworth Adam.

Observateurs du lundi : Baby Sylvie, Bouthillier Benjamin, Delmas Carine, Dillenseger Hervé (OFB), Dramard Jean-Michel, Garama Ruud, Giry Quentin (ONF), Kern Dominique, Pialot Angèle (OFB), Rousseau Denis, Rozec Xavier (OFB), Vancayseele Dominique, Wentworth Adam.

  • Zone dortoir de Lézat (Ariège) :
    Le comptage a eu lieu le samedi 9 janvier avec 3 équipes et 10 personnes avec quelques difficultés de comptages à cause de la météo ; Coordination Marmouget Corinne, Rhodes Jacques et Garama Ruud.
    183 milans royaux sur le dortoir majeur et 45 à 50 sur un dortoir mineur. Soit un total de 228 à 233 milans royaux.
    Observateurs : Bernard Anaëlle, Bruneau Olivia, Cappella Sophie, Garama Ruud, Marmouget Corinne, Odier Jean-René, Picgirard Philippe, Prime Richard, Rhodes Jacques, ? Simon

L’estimation de la population hivernante est de 250 à 280 individus.

  • Zone dortoir de Issus (Haute-Garonne) :
    Le comptage a eu lieu le dimanche 10 janvier avec 3 équipes, 8 personnes et une coordination par Antoine Valérie.
    152 milans royaux sur le dortoir majeur.
    Un milan balisé était présent sur le dortoir mais n’a pas été observé.
    Observateurs : Antoine Valérie, Augier Thomas, Clément Cathy, Gilabert Carole, Guillot Laure, Isus Matthieu, Lajudie Guillaume, Pomier Marie.
    L’estimation de la population hivernante est identique au comptage.
  • Zone dortoir de Gibel (Haute-Garonne) :
    Le comptage a eu lieu le dimanche 10 janvier avec 3 équipes et 10 personnes ; Coordination Bouthillier Benjamin.
    8 milans royaux sur un dortoir majeur.
    Observateurs : Allais Jules, Barbosa Emilie, Barthe Emma, Bayle Léa, Bouthillier Benjamin, Cappella Sophie, Domergue Fiona, Field Valentin, Odier Jean-René, Soupault Pierre-Marie.
    L’estimation de la population hivernante est identique au comptage.
    Un milan balisé a été observé.
Milan balisé observé lors du comptage du dortoir de Gibel. Photo : Bouthillier B

Parole de Milan : Ma balise ne me protège pas. Quel est mon espérance de vie ? Je finirai décapité oun en tranche de magret ?

Ce dortoir est le seul où l’estimation de la population hivernante est inférieure à ce que l’on attendait par rapport aux précomptages.

  • Zone dortoir de La Bastide de Sérou (Ariège) :
    Le comptage a eu lieu le mardi 12 janvier avec 5 équipes et 7 personnes ; Coordination Bouthillier Benjamin.
    28 milans royaux sur un dortoir majeur de Suzan.
    27 milans royaux sur un dortoir majeur de La Bastide de Sérou.
    6 milans royaux sur un dortoir majeur de La Bastide de Sérou.
    2 milans royaux sur un dortoir majeur de La Bastide de Sérou.
    7 milans royaux minimum sur un dortoir mineur de Castelnau-Durban (pas d’observateur pour confirmer le nombre exact d’individus sur ce dortoir).
    1 milan royal minimum sur un dortoir mineur de Castelnau-Durban (pas d’observateur pour confirmer le nombre exact d’individus sur ce dortoir ; information donnée par un milan balisé).
    1 milan royal minimum sur un dortoir mineur de Durban sur Arize (pas d’observateur pour confirmer le nombre exact d’individus sur ce dortoir).

Au total 72 milans royaux ont été comptés.
Observateurs : Barthe Emma, Bouthillier Benjamin, Cuypers Thomas, Kern Dominique, Quentin Giry,
Villanueva Matthieu, Wentworth Adam.
L’estimation de la population hivernante est de 100 à 150 individus.

  • Zone dortoir de la Barguillère (Ariège) :

Le comptage a eu lieu le mardi 12 janvier avec 4 équipes et 7 observateurs ; Coordonné par Jean-Michel Drammard (ANA) et Xavier Rozec (OFB).

39 milans royaux sur un dortoir de Brassac.
0 milan royal sur le dortoir de Bénac.
0 milan royal sur le dortoir de Saint Martin de Caralp.
L’estimation de la population hivernante est identique au comptage.
Observateurs : Coutu Lucien (OFB), Dramard Jean-Michel, Guyon Daniel, Moutin Manu, Portet Henri, Rozec Xavier (OFB), Tartaglino Olivier.

  • Zone dortoir de Lescure (Ariège) :
    Le comptage a eu lieu le mercredi 13 janvier avec 5 équipes et 6 personnes ; Coordination Bouthillier Benjamin.
    33 milan royaux sur un dortoir majeur de Montesquieu-Avantès.
    1 milan royal minimum sur un autre dortoir inconnu et non localisé sur Montesquieu-Avantès.
    0 milan royal sur un dortoir majeur de Montesquieu-Avantès.
    0 milan royal sur deux dortoirs de Lescure.
    L’estimation de la population hivernante est de 100 à 150 milans royaux.
    Observateurs : Bouthillier Benjamin, Dramard Jean-Michel, Kern Dominique, Larvol-Tequi Loick, Layrol Fabien, Wentworth Adam.
  • Zone dortoir de Saint Victor de Rouzaud / Saint Michel / Saint Martin d’Oydes (Ariège) :
    Le comptage a eu lieu le jeudi 14 janvier avec 5 équipes et 6 personnes ; Coordination Bouthillier Benjamin.
    0 milan royal sur Saint Victor de Rouzaud.

0 milan royal sur Saint Martin d’Oydes.
13 milans royaux sur un dortoir de Saint Michel.
6 milans royaux sur un dortoir de Saint Michel.
6 milans royaux sur un dortoir non localisé de Saint Michel.
5 milans royaux minimum sur un dortoir non localisé entre Saint Michel et Madière.
3 à 4 milans royaux sur un dortoir non localisé entre Lescousse et Unzent.
Soit un total de 33 à 34 milans royaux.
L’estimation de la population hivernante est de 40 à 60 milans royaux.
Observateurs : Baby Sylvie, Bouthillier Benjamin, Delmas Carine, Fremaux Sylvain, Gonin Ghislaine,
Rhodes Jacques,

  • Zone dortoir de Saint Girons / Saleich (Ariège / Haute-Garonne) :
    Le comptage était prévu le dimanche 10 janvier, mais la neige a empêché le comptage. Il a été reporté au samedi 16 janvier et le couvre-feu imposé par le gouvernement à cette date a obligé de nombreuses personnes à rester chez elles. La possibilité d’avoir des dérogations est arrivée trop tard pour réunir les informations et faire les demandes. Seulement deux points ont été comptés.
    Dominique Kern et Peyre Yoorana ont compté sur le dortoir majeur de Saleich (Haute-Garonne) 8 milans royaux, mais sans pour rester jusqu’à 18h00.
    Bouchet Joëlle a compté à His (Haute-Garone) 8 milans royaux minimum.
    Les autres points (une dizaine) n’ont pas pu être compté. Je tiens à remercier Joëlle, Dominique, Yoorana et Fabien qui ont réalisé des précomptages sur cette zone dortoir, ce qui permet de limiter la marge d’erreur sur l’estimation de la population hivernante.

L’estimation de la population hivernante sur cette zone dortoir est de 60 à 80 sur la partie Haute- Garonne et de 80 à 120 sur la partie Ariège, soit 140 à 200 milans royaux. Deux milans balisés étaient présents sur cette zone dortoir, mais n’ont pas été observés.

Zone dortoir de Campagne sur Arize / Sabarat (Ariège) :
Cette zone dortoir n’a pas pu être compté cette année.
L’estimation de la population hivernante est de 20 à 50 individus.
Un milan balisé est présent sur cette zone.

Micro dortoirs volatiles indépendant d’une zone dortoir (Ariège) :

Ces micro dortoirs que l’on observe pendant les précomptages n’ont pas été comptés pendant les comptages. Ces micro dortoirs sont peu connus et l’on sous-estime largement leur nombre. Des milans balisés passent temporairement sur ces dortoirs.
0 à 5 milans royaux sur Pradières.
0 à 10 milans royaux sur St Félix de Rieutord / Ségura.
0 à 10 milans royaux sur Le Mas d’Azil.
0 à ? milan royal sur Tourtrol.
L’estimation de cette population, pour le département de l’Ariège, est de 0 à 100 milans royaux.

  • Les zones dortoir de Montbrun-Bocage/Montesquieu-Volvestre, Miremont et Cazères sont désormais coordonnées par la LPO Haute Garonne et seront donc dans le compte-rendu de la LPO Haute-Garonne. Le dortoir de Miremont est probablement un sous dortoir de type satellite de la zone dortoir d’Issus.

Au total, ces comptages ont mobilisé 63 équipes de comptages et 130 après-midi/soirées d’observateurs sans compter le temps nécessaire à la préparation et à l’analyse des résultats par les coordinateurs.
1309 à 1328 milans royaux ont été comptés dont 174 en Haute-Garonne, 0 sur l’Aude et 1135 à 1154 sur l’Ariège.
L’estimation de la population hivernante sur le département de l’Ariège à la date du 9/10 janvier 2021 est de 1402 à 1772 milans royaux. Cette estimation peut évoluer avec de nouvelles connaissances.
Cette saison, aucun milan noir n’a été observé sur la zone étudiée.

Pour les milans royaux, encore merci à tous les coordinateurs et à tous les observateurs.

Benjamin Bouthillier

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du chantier école sur le site conservatoire de la prairie humide du Pesquié (Lagarde 09)

Dans le cadre de la mise en application pratique de leur cursus, une vingtaine d’élèves et leurs deux professeurs ont travaillé 2 jours durant le mois de janvier 2021, les pieds dans l’eau et la tête sous la pluie, pour rouvrir 1000 m² de prairie humide et prairie mésophile sur notre site conservatoire du Pesquié.

Fauchage, prairie humide du Pesquié – Fany Personnaz

En cohérence avec le plan de gestion du site qui prévoit le maintien en bon état de conservation des habitats ouverts du site via des pratiques de fauche tardive (fin juin), le débroussaillage effectué par les élèves a plusieurs objectifs :

  • Limiter la dynamique d’embroussaillement,
  • Favoriser le développement d’espèces végétales patrimoniales de milieu ouvert, emblématiques de ce site comme la Jacinthe de Rome, star locale !
  • Faciliter la pratique de la fauche des habitats prairiaux par un agriculteur local avec qui nous travaillons depuis 4 ans ; Il s’agissait d’une part d’agrandir la surface disponible et d’autre part de contribuer à l’amélioration de la qualité du fourrage issu de la coupe.

Les élèves ont également réalisé l’entretien des clôtures qui entourent le site.
La météo n’a pas entamé la bonne humeur et la motivation de ces élèves en Bac pro « Gestion des milieux naturels et de la faune » au lycée agricole de Pamiers ! De plus, ce partenariat CEN, LEGTA et agriculteur local montre une fois de plus que la préservation de l’environnement permet aussi le développement d’activités économiques, sociales et éducatives !

Fany Personnaz

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du comptage des oiseaux d’eau (samedi 16 et dimanche 17 janvier 2021)

Le comptage s’est déroulé sur deux journées, le samedi 16 janvier 2021 et le dimanche 17 janvier 2021. Pour le respect des gestes barrières, des petits groupes d’observateur·rices se sont répartis les sites où le dénombrement annuel des oiseaux d’eau a lieu.

Domaine des oiseaux – Ambre Luczynski

Sur les deux journées, ce sont 20 observateur·rices qui ont permis le dénombrement des 13 sites suivis en Ariège. Les premiers résultats ne permettent pas d’évaluer de tendances marquées à l’échelle de l’Ariège car les oiseaux se déplacent facilement en fonction des épisodes météorologiques et doivent donc être analysées à une échelle plus large.

Comptage Wetland_Ambre Luczynski
Comptage Wetland – Ambre Luczynski


Pour les conclusions générales, le bilan des comptages de l’an dernier est disponible ! A noter tout de même que les sites ont montré des effectifs un peu plus faible que d’habitude, notamment pour les fuligules ou les foulques. Il en va de même au niveau de la richesse en espèces qui n’était pas au niveau de certaines années, sans observations d’éventuelles raretés qui motivent pourtant certains observateur·rices à braver le froid de la plaine d’Ariège !

Un bilan des effectifs totaux sera envoyé aux observateur·rices une fois toutes les données compilées !

Thomas Cuypers