Liste de catégorie Le coin des bénévoles

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du week-end à la grange d’Antras (chantier + jeu de piste) du 28 et 29 août 2021

Les « 24h pour la biodiversité » sur son territoire permettent de faire découvrir la richesse du patrimoine naturel départemental et de prendre conscience du rôle que nous pouvons jouer dans la connaissance de la biodiversité locale.

C’est pourquoi, nous avons choisi de dédier le weekend du chantier participatif du samedi 28 et dimanche 29 août de la Grange d’Antras (site en gestion de l’ANA-CEN Ariège) aux bénévoles des groupes thématiques ! L’occasion de se rencontrer et de passer un moment convivial tout en (re)découvrant le territoire de la grange sous un angle plus naturaliste.

Au programme du weekend :

  • Le Samedi 28 août était dédié au chantier participatif  (débroussaillage et amélioration des installations intérieures et extérieures).
  • Le dimanche 29 août était dédié au jeu de piste ! 3 groupes sont partis à la découverte du territoire qui entoure la grange à la recherche d’énigmes naturalistes et du code pour ouvrir le coffre fort !

Merci aux participant·es et à bientôt pour un prochain jeu de piste !

Ambre Luczynski

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la journée J.N.S.C. (dimanche 3 octobre 2021)

Le dimanche 3 octobre, nous nous sommes retrouvés à Tarascon pour visiter la grotte de Sabart, sous la conduite de Nicole, Pierrette et Aurélie. Cette journée était organisée dans le cadre des Journées Nationales de la Spéléologie et du Canyonisme. Nous étions 11 visiteurs, enfants et adultes de tous âges.

Sous le grand porche d’entrée, Nicole présente la grotte, très visitée depuis toujours, et donne les consignes de déplacement et de sécurité. La cavité fait partie du réseau karstique de Lombrive et Niaux. Dès l’entrée, on est impressionné par les grands volumes de cette grotte, couramment explorée depuis le XVIIème siècle, comme en attestent les nombreuses signatures joliment écrites, parfois caligraphiées, datant de seize cent et quelques pour certaines, du XIXème siècle ou du début du XXème pour la plupart.

Tout au long du parcours, nous observons stalactites et stalagmites, mais aussi de belles colonnes, dont la lente formation nous est expliquée. Certaines stalactites sont très épaisses, d’autres, dites fistuleuses, ont un diamètre de 2 ou 3 mm. La grotte est active et les concrétions se forment encore, les gouttes qui tombent régulièrement du plafond le prouvent. Lors d’une minute de silence dans le noir, toutes frontales éteintes, nous avons eu le loisir de les entendre faire leur patient travail. Des cupules sur certaines parois attestent d’un intense activité hydraulique à une époque reculée.

Très belle promenade sous terre, nous grimpons un peu dans les blocs rocheux, et tout le monde suit sans difficulté.

La cavité présente plusieurs entrées, et nous arrivons à l’entrée préhistorique, d’où nous sortons à l’air libre, avant de faire demi-tour. La vie n’est pas absente de la grotte : quelques rhinolophes y dorment au calme, un coléoptère et un orthoptère se montrent, vers la sortie préhistorique.

Aurélie nous amène à 2 ou 3 petits diverticules, dans lesquels les volontaires approchent d’un peu plus près la spéléologie : marche à 4 pattes, mini ramping, une courte grimpette, pour découvrir un petit plan d’eau, quelques concrétions cachées.

Entrés vers 10h30, nous en sommes ressortis à 16h, avec pique-nique sous terre, tous satisfaits de cette belle journée et plein de souvenirs et de découvertes, chacun à son niveau. Quelle belle grotte, agréable, dans laquelle on progresse sans difficulté, dans laquelle plusieurs chemins relient les galeries. Elle était très sèche ce dimanche, mais les quelques flaques, les gours et les marques sur les parois nous disent que l’on peut marcher dans l’eau en période pluvieuse, à certains endroits. Une raison de plus pour y retourner ?

Merci à nos accompagnatrices pour leurs explications, leur partage et leur bonne humeur.

Marilys Benoit

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la fin des travaux à la Grotte d’Espiougue (septembre 2021)

Fin 2020, l’ANA-CEN Ariège a acquis la Grotte d’Espiougue grâce aux nombreux dons reçus via le financement participatif. Depuis les salarié·es et bénévoles travaillent dur pour mettre en place un périmètre grillagé qui viendra renforcer la protection du site et assurer une bonne reproduction des chauves-souris et, plus précisément, une colonie de Rhinolophes euryales et Minioptères de Schreibers.

Ces travaux ont pu avoir lieu grâce à la participation financière de La Région Occitanie / Pyrénées-Méditerranée et aux 203 contributeur·rices, grâce à qui nous avons collecté 14 660 € en deux mois ! Ce travail a été réalisé en collaboration avec le Conservatoire d’espaces naturels d’Occitanie – Page Toulouse, coordinateur du projet !

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du Chantier débroussaillage à la Grotte d’Espiougue (lundi 23 août 2021)

Fin 2020, l’ANA-CEN Ariège a acquis la Grotte d’Espiougue grâce aux nombreux dons reçus via le financement participatif.

Dans le cadre de cette action, est prévue la mise en place d’un périmètre grillagé qui viendra renforcer la protection du site et assurer une bonne reproduction des chauves-souris. Nous avons obtenu les dérogations nécessaires à ces travaux. Sous réserve de l’absence de découverte majeure que la DRAC pourrait faire cet automne au titre de l’archéologie, nous espérons pouvoir mener les travaux d’ici la fin d’année.

Pour cela, nous avions besoin d’aide pour nettoyer l’accès au site : débroussaillage, déplacement de pierres taillées et autres bricoles en travers de la piste d’accès. C’est pourquoi, lundi 23 août 2021 nous avons mobilisé une dizaine de bénévoles pour venir nous aider sur ces actions, qui bénéficieront également au Minioptère de Schreibers qui apprécie les milieux dégagés pour ses routes de vols !

Au programme de cette journée conviviale : 
– Chantier en journée à l’ombre des frênes avec pique nique le midi ;
– Apéritif et grillades en fin de journée ;
– Observation de l’émergence des chauves-souris à la tombée de la nuit ;
– Bivouac ou retour à la maison au choix !

Merci aux bénévoles pour leur aide précieuse !

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu des 2 journées de formation sur les graminées (23 mai et 8 août 2021)

La botaniste Françoise Laigneau animait cette année 2 journées de formation sur les graminées pour les bénévoles du groupe thématique botanique les dimanches 23 mai (à Sentein) et 8 août (à Bonac-Irazein) !

Françoise Laigneau, avait fixé plusieurs objectifs pour les bénévoles (tout en s’adaptant au niveau de chaun·e) :  

  • Savoir distinguer une Poacée (une graminée) des autres familles de monocotylédones à feuilles étroites et fines (Cypéracées, Joncacées..) ;
  • Aborder les clés de détermination et le vocabulaire spécifique aux graminées ;
  • Reconnaitre quelques genres et/ou espèces typiques des milieux que nous allons rencontrer ;
  • Voir les différences entre graminées fraiches du printemps et graminées séchées de l’été.

Merci à Françoise d’avoir partagé ses connaissances et aux bénévoles pour leur participation active !

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la sortie “Roche, eau, estives et forêt, plongée dans l’histoire des paysages” du mercredi 18 août 2021

Nous étions 11 participant·es à cette sortie autour du village de Montségur, animée par Xavier Pasquier, l’animateur nature de la Réserve naturelle régionale du massif du St Barthélémy. Une journée sous le signe des paysages des Pyrénées ariégeoises…

Sur les chemins de Montségur_Ambre Luczynski

Cette journée a commencé avec une balade dans le village et un échange sur la notion de “paysage” et de “patrimoine” que l’on hérite au fil des générations. Nous avons fait marcher notre imagination pour savoir ce que ces notions nous évoquaient. “Eau”, “ambiance”, “prairie”, “odeur” … Ce moment nous a permis d’appréhender les différents “plans” qui composent les paysages qui nous entourent. Les jardins, champs, maisons, routes au 1er plan. Les collines, prairies et troupeaux au 2nd plan. Les montagnes majestueuses au 3ème plan.

Le territoire de Montségur fait partie de l “Opération Grand Site” pour valoriser son patrimoine et repérer les milieux à préserver en priorité. Des milieux riches en biodiversité. Le brouillard nous a forcé à faire marcher notre mémoire pour reconstituer la diversité de ce paysage et ses barres rocheuses calcaires (roches faites de la sédimentation : formation de sédiments au fond de la mer) sur lesquelles les rapaces adorent aller se poser.

Diversité des milieux rime avec diversité des espèces. En effet, la constitution du paysage est en lien direct avec la faune et la flore sauvage qu’il abrite. Plus les milieux sont inaccessibles, plus ils sont préservés. Par exemple, “l’oiseau papillon” le Tichodrome échelette, est un oiseau qui ne vit que sur des falaises très raides.

Suite à cet échange nous avons marché jusqu’à un petit court d’eau pour faire un exercice de recherche de variété de cailloux pour apprendre à distinguer leurs origines.

L’observatoire des paysages est un projet de sciences participatives auquel la Rnr du Massif du St Barthélémy participe et qui vise à observer l’état et l’évolution des paysages autour de Montségur. Ce projet consiste à créer des “points paysages” sur lesquels les bénévoles prendraient régulièrement des photos pour obtenir, sur des dizaines d’années, l’évolution de ces milieux et prendre conscience du patrimoine historique des montséguriens et l’impact des activités humaines et des changements climatiques.

Par exemple, nous pouvons aujourd’hui observer un “réensauvagement” de certains milieux (chemins, jardins, etc.) qui étaient autrefois très entretenus (à l’époque bordé de haies) car utilisés dans la vie quotidienne des habitant·es (potagers, passage des troupeaux, etc.) et qui sont maintenant abandonnés. L’abandon de ces chemins peut être vu comme un abandon de l’approche sociale de ces milieux. Les forêt d’Ariège ont également beaucoup changé. Le sapin, conifère typique des Pyrénées, reconnaissable aux 2 traces blanches au dos de ses aiguilles, est peu à peu remplacé par des résineux implantés pour leur exploitation forestière (épicéa, douglas).

Suite à cette balade très instructive et à un pique-nique partagé, nous avons fait un atelier dessin, un moment méditatif ou chacun a pu exprimer sa vision du paysage observé.

Cette sortie nous a fait prendre conscience des enjeux qui gravitent autour de la notion de paysage et l’importance de ce travail de préservation.

Merci beaucoup à Xavier pour toutes ses explications et aux participant·es pour leur présence active !

Ambre Luczynski

ParAmbre Luczynski

Bulletin du Groupe Chiroptère Midi-Pyrénées

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu de la Rentrée des bénévoles 2021 de l’ANA-CEN Ariège

La « Rentrée des bénévoles 2021 » a eu lieu en présentiel ce samedi 6 mars dans la salle Polyvalente de Serres-sur-Arget de 14h à 17h !

Cette réunion ouverte aux adhérent·es de l’ANA-CEN Ariège a accueilli 65 personnes et s’est déroulée en deux temps : 

  • Une présentation de l’association, du fonctionnement des 6 groupes thématiques et du programme de formations et sorties 2021 ;
  • Un moment d’échange sur nos stands respectifs (vie associative, botanique, ornithologique, herpétologique, chiroptère, petites bêtes) entre bénévoles et animateur·rices.

Pour les adhérent·es qui n’ont pas pu participer à cet après-midi voilà un petit récapitulatif des formations proposées par les groupes thématiques !

Vie associative : 

  • 1 formation à l’animation de stand – samedi 17 avril (ambre.l@ariegenature.fr)
  • 3 weekends chantiers à la grange d’Antras – 29 et 30 mai/ 28 et 29 août /9 et 10 octobre 
  • 2 chantiers crapauducs en décembre (pauline.l@ariegenature.fr et carole.h@ariegenature.fr)
  • 1 formation Photothèque – Mercredi 31 mars (yann.v@ariegenature.fr
  • 1 (ou plusieurs) chantier(s) de nettoyage de sites (infos à venir) 
  • 1 formation pour participer à l’informatisation du centre de ressources de l’ANA-CEN Ariège avec Sophie Esnault ! (Infos à venir)

Botanique : 

  • 1 formation d’initiation à la détermination des Poacées (Graminées) – sur 2 jours dimanches 23 mai et 8 août 2021 (francoise.laigneau@lilo.org) 
  • 1 formation d’initiation à la détermination des orchidées – sur 2 jours entre le 15 juin et le 15 juillet (catherine.m@ariegenature.fr
  • Participation aux protocoles de suivi d’espèces Urbaflore (cecile.b@ariegenature.fr) !
  • Participation au groupe de montage d’herbiers (paulalamy@orange.fr

Ornithologique : 

  • Initiation chants d’oiseaux niveau 1 – Mercredi 24 mars à Serres-sur-Arget (julien.v@ariegenature.fr
  • Initiation chants d’oiseaux niveaux 2 – Mercredi 31 mars à Serres-sur-Arget (julien.v@ariegenature.fr) !
  • Initiation identification des passereaux de montagne (visuelle et auditive) (infos à venir)

Herpétologique :

  • Participez à la précision de l’aire de répartition du Triton marbré (Triturus marmoratus) – formation prévue au Printemps (pauline.l@ariegenature.fr
  • Participez à la précision de la répartition de la Tarente de Maurétanie en Ariège – infos à venir (buisson.olivier@wanadoo.fr
  • Confirmer la présence et préciser la répartition du Crapaud accoucheur (buisson.olivier@wanadoo.fr)

Petites-Bêtes : 

  • 1 formation d’initiation à la détermination des papillons d’altitude d’Ariège – printemps (alexis.c@ariegenature.fr)
  • 1 weekend d’approfondissement et de suivis dans le cadre de l’Atlas des Papillons – été (alexis.c@ariegenature.fr)
  • 2 journées de formation orthoptères sur le terrain (grillons, criquets et sauterelles) Formation réservée aux adhérent·es de l’ANA-CEN Ariège inscrit·es à la formation orthoptères, proposée par David et Nathalie de Bestioles et Compagnies. Ces derniers proposent un tarif promotionnel de 97€ au lieu de 400€ aux adhérent·es de l’ANA-CEN Ariège pour la formation en ligne d’un an. Attention les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 14 mars. Le bon de réduction pour les adhérents de l’ANA-CEN Ariège est : PRIVILEGE_ANAmars21 

En suivant ce lien http://www.bestiolesetcompagnie.fr/accompagnement-orthopteres/  cliquer sur “Je m’inscris” et saisir le bon de réduction avant de régler sur une page sécurisée. Ensuite l’accès à la plateforme de formation est immédiat.

Chiroptères : 

  • 1 journée d’initiation à la découverte des chauves-souris d’Ariège – Samedi 17 avril  (thomas.c@ariegenature.fr/yoorana.p@ariegenature.fr)
  • 1 journée d’approfondissement sur les chauves-souris d’Ariège – samedi 4 et dimanche 5 septembre (thomas.c@ariegenature.fr/yoorana.p@ariegenature.fr)

Merci encore à tous les bénévoles et futurs bénévoles qui soutiennent chaque année nos actions et à très vite !

ParAmbre Luczynski

Projet d’atlas des chauves-souris d’Ariège : We need you !

En cette année 2020, l’ANA-CEN Ariège inaugure officiellement le groupe chiroptères. Travaillant à l’élaboration d’un atlas des chauves-souris d’Ariège et de leur répartition, nous avons pu nous apercevoir que certaines zones manquaient cruellement de données. Pourtant, avoir une meilleure connaissance de l’occupation des territoires, notamment ceux où la concentration d’espèces et/ou d’individus est particulièrement élevée, pourrait nous permettre d’optimiser les mesures prises pour leur protection et leur conservation. Aussi, de récentes découvertes nous poussent à croire qu’il est encore possible de découvrir de nouveaux foyers d’espèces rares sur le département.

Grand Rhinolophe, Rinolophus ferrumequinum – Yoorana Peyre

L’étude de l’effectif et des espèces de chiroptères rencontrées dans une zone peut se faire par le biais d’enregistreurs posés à des endroits stratégiques. Ces boîtiers sont capables d’enregistrer les signaux ultrasonores émis par les chauves-souris durant la nuit. Une fois récupérés, nous pouvons procéder à l’analyse acoustique des sons obtenus, ce qui nous permettra de déterminer les espèces rencontrées et leur fréquence.

C’est dans le but d’avoir une aire d’étude beaucoup plus étendue que nous sollicitons votre aide. Si vous souhaitez contribuer à cette étude, rien de plus simple. Nous avons divisé le département en mailles de 5 km², après vous avoir expliqué leur fonctionnement et leur mise en route, nous vous confierons un enregistreur à placer durant quelques nuits dans une zone favorable : lisière, allée forestière, près de grottes, mares, cours d’eau ou tout autre lieu attractif pour les chauves-souris. Alors si vous prévoyez un séjour en montagne ou que vous vous rendez sur une zone où l’absence de données est flagrante, ne partez pas sans votre enregistreur ! Pour participer à ce projet, vous pouvez nous faire part de votre demande par mail : thomas.c@ariegenature.fr / yoorana.p@ariegenature.fr

Analyse cartographique de la diversité par classe (maille de 5km)
ParCarole Herscovici

Recherche d’une sous-espèce de Crapaud accoucheur …

… une nouvelle mission pour le groupe herpéto de l’ANA-CEN Ariège !

Le crapaud accoucheur est un petit Amphibien qui présente la particularité de pouvoir s’accoupler à terre. Le mâle enroule le cordon d’œufs expulsés par la femelle autour de ses pattes postérieures. Il transporte les œufs pendant tout leur développement et les immerge régulièrement pour les humidifier. Lorsqu’ils sont prêts à éclore, le mâle se débarrasse du cordon d’œufs dans le point d’eau où les têtards finiront leur développement. Le crapaud accoucheur, peu exigeant quant à son habitat, affectionne aussi bien les murs de pierres sèches du piémont que les abords des lacs d’altitude. Les points d’eau où les têtards se développent peuvent être des mares, des ruisseaux, des abreuvoirs ou des lavoirs… Le crapaud accoucheur est discret mais signale souvent sa présence par le chant nocturne des mâles : un « tou » répété à intervalles réguliers.

En France, on considère que deux sous-espèces sont présentes. Alytes obstetricans obstetricans occupe  la majeure partie du territoire. Alytes obstetricans almogavarii est une sous-espèce de la péninsule ibérique qui est présente dans l’Aude, les Pyrénées Orientales et probablement l’Ariège. Il se distingue de la sous-espèce nominale par une silhouette plus élancée, une peau plus lisse et une coloration plus contrastée, avec des taches vertes bien distinctes (cf photos).

Une étude publiée récemment (*) propose d’élever la sous-espèce almogavarii au rang d’espèce, sur la base d’études génétiques, en avançant comme argument le faible taux d’hybridation sur les zones de contact entre les sous-espèces. La commission de la Société Herpétologique de France n’a pas encore indiqué si ce changement de nomenclature serait accepté.

Nous lançons aujourd’hui un appel aux naturalistes ariégeois en général et aux membres du groupe herpéto en particulier pour faire des photos de crapauds accoucheurs. Ceci nous permettra d’émettre des hypothèses sur la présence et la distribution d’Alytes obstetricans almogavarii en Ariège. Espérons qu’à l’avenir, un chercheur nous proposera d’effectuer les analyses génétiques qui elles seules permettront de valider ces hypothèses.

Merci d’envoyer les photos avec le lieu (commune), si possible les coordonnées GPS et le nom de l’observateur à l’adresse suivante : buisson.olivier@wanadoo.fr

Pour observer le crapaud accoucheur, il faut essayer de repérer l’origine du chant et longer les abris potentiels (haies, murets, tas de pierre…) lors des soirées pluvieuses. On trouve parfois aussi les animaux en soulevant des pierres ou dans des tas de sable. Les têtards de grande taille (jusqu’à 9 cm) dans des abreuvoirs ou des bassins trahissent également la présence de l’espèce. Ouvrez grand vos yeux et vos oreilles, nous attendons vos photos !

* : Dufresnes, C. & Í. Martínez-Solano (2020): Hybrid zone genomics supports candidate species in Iberian Alytes obstetricans.- Amphibia-Reptilia 41: 105-112