Archives de catégorie Revue de presse

ParNathalie Lespes

La Gazette du 31 mai 2019

Sur les traces de la biodiversité en terres agricoles, sortie nature à Lapenne

Revue de Presse; La Gazette du 31 mai 2019, une d'histoire le 1er Juin, une sortie sur les traces de la biodiversité en terres agricoles à Lapenne
Revue de Presse; La Gazette du 31 mai 2019, le 1er Juin, une sortie sur les traces de la biodiversité en terres agricoles à Lapenne ABC
ParNathalie Lespes

La Dépêche du Midi du 1 Juin 2019

Une journée citoyenne autour de la biodiversité à Lavelanet le samedi 29 Juin

Revue de Presse la dépêche du midi du 1er juin 2019, journée citoyenne autour de la biodiversité à Lavelanet
Revue de Presse; La Dépêche Du Midi du 1er juin 2019, une journée citoyenne autour de la biodiversité à Lavelanet
ParNathalie Lespes

La Dépêche du Midi du 25 Mai 2019: « Second loto de la biodiversité »

ParNathalie Lespes

La Dépêche du Midi du 20 Mai 2019: « Fête de la nature: ça bouge sur la réserve »

ParNathalie Lespes

La Dépêche du Midi du 19 Mai 2019: « À la découverte de la faune aquatique de l’Ariège »

ParNathalie Lespes

La Dépêche du Midi du 08 Avril 2019 : Les enfants de l’ALAE à la découverte de la loutre d’Europe

ParNathalie Lespes

La Dépêche du Midi du 22 Mars 2019 : Ambroisies et moustiques tigre préoccupent les mairies

ParCarole Herscovici

Succès des journées Natura 2000 de ramassage des déchets sur les berges de l’Hers et du Salat

En résumé :
sur l’Hers : 1,4 tonnes de déchets, 30 personnes, 2,5 km de cours d’eau
sur le Salat : 2,7 tonnes de déchets, 50 personnes,10 km de cours d’eau

Samedi 23 février, une vingtaine de bénévoles venant d’horizons variés et toutes générations
représentées, (pêcheurs, riverains, association de protection de l’environnement, élus,
Fédération Française des moniteurs Guide de Pêche) se sont joints à l’équipe animatrice du
site Natura 2000 ‘rivière Hers’ pour récupérer, sur environ 5 Km de berges (de Bélesta à
l’Aiguillon) pas moins de 1,42 tonnes de déchets: ferraille, verre, canettes, plastiques…

Samedi 2 mars, entre 40 et 50 bénévoles (dont déjà des fidèles des opérations précédentes)
venant d’horizons variés et toutes générations représentées, (pêcheurs, pratiquants
de canoë-kayak, adhérents de l’ANA, amis du Parc et particuliers) se sont joints à l’équipe
animatrice du site Natura 2000 ‘rivière Salat’ pour récupérer, sur un tronçon de 10 Km entre La
Bastide du Salat et Mercenac, pas moins de 2,7 tonnes de déchets : ferraille, verre, canettes,
plastiques, cuisinière, tissus…
Lire la suite : communiqué_Natura2000

ParYannick Porcheron

La dépêche du midi du 18 Janvier 2019 : « Un loto pour aller à la découverte de la biodiversité »

Dans le cadre de l’atlas de la biodiversité communale (ABC), l’Association des naturalistes d’Ariège (ANA) organise un loto de la biodiversité le vendredi 25 janvier, à la Maison du lac. À l’image d’un véritable loto (ambiance garantie), les participants auront l’occasion de découvrir les nombreuses espèces animales et végétales présentes sur le territoire.

Et, bien sûr, de nombreux lots sont destinés à être gagnés. Le prix du carton est de 3 €, quatre cartons pour 10 €. Les agriculteurs du territoire vont également jouer le jeu en proposant des lots gourmands ainsi qu’une restauration sur place, à partir de 19 heures, le loto lui-même démarrant à 19 h 30.

Quel est le lien entre la biodiversité et l’activité agricole ? L’enjeu du territoire est de maintenir une activité agricole viable afin d’inciter la transmission des exploitations d’élevage et ainsi maintenir les milieux ouverts, la mosaïque paysagère pour préserver la richesse biologique et la qualité de l’eau.

La communauté de communes du pays de Mirepoix s’inscrit dans plusieurs dynamiques de développement territorial pour lesquelles la préservation de l’environnement, des paysages et du patrimoine est au cœur des réflexions. L’ensemble du pays de Mirepoix constitue un territoire remarquablement préservé sur lequel l’état des connaissances des milieux naturels reste peu développé. Dans ce sens, la communauté de communes a répondu à l’appel à projet atlas biodiversité communale lancé en 2017 par l’Agence française de la biodiversité.

Un programme de sciences participatives est proposé afin d’impliquer les citoyens dans la démarche. Ce loto de la biodiversité en est l’une des animations. Pour participer, il est indispensable de s’inscrire avant le 22 janvier auprès de Pauline Levenard, de l’ANA, au 06 83 52 37 86, ou pauline.l@ariegenature.fr

ParYannick Porcheron

La Dépêche du midi du 14 Janvier 2019 : « Balade naturaliste le long de l’Izard sur les traces du desman »

Vincent Lacaze, de l’ANA (Association des naturalistes de l’Ariège), avait donné rendez-vous au Relais montagnard aux amoureux de la nature, avec cette fois un thème précis, le long de la rivière de l’Izard, affluent du Lez : aller à la recherche des sites du desman des Pyrénées et en même temps fêter les trente ans d’existence de l’association. Tous les ans, elle organise dans une commune un rassemblement convivial autour d’un thème, comme ici le desman, ou la botanique d’un site, aller à la découverte des chauves-souris ou encore «sur les traces des Pyrénées disparues»… Ainsi, en 2018, 29 sorties ont eu lieu sur des thèmes différents. Il y en aura autant en 2019 (voir le catalogue «Les 4 saisons de l‘ANA’ture en 2019»).

Vers 14 heures, un petit groupe s’est retrouvé au hameau de Fréchendech pour, le long du ruisseau, aller à la recherche, sous la conduite de Vincent Lacaze, des sites du desman des Pyrénées, encore présent dans cette vallée. Le desman est un animal qu’on a connu très tard, vers 1818, donc encore méconnu et sur lequel les recherches continuent dans son milieu naturel.

Des chercheurs les ont fait progresser, comme Alain Bertrand en étudiant ses crottes ou encore Bernard Richard, du CNRS. Le but, c’est d’enrayer sa régression du fait, souvent, de la dégradation de son milieu naturel, de connaître ses aires de répartition pour mieux l’étudier.

Le desman est hyperactif toute l’année, ses périodes de chasse les plus intenses se font la nuit, mais il sort en journée également. On l’appelle encore le rat-trompette, à cause d’une trompe très mobile qui lui permet de fouiller entre les pierres à la recherche de larves d’insectes et de saisir ses proies pour les consommer.

Ainsi, Vincent Lacaze a montré au groupe les endroits où le desman pouvait établir son «gîte», en cherchant ses crottes dans le ruisseau, entre les feuilles, sur les rochers. Rentrés au Relais montagnard, les enfants ont pu peindre l’animal à partir de plaquettes et ensuite tout le monde a été invité à un apéritif convivial où chacun a pu s’exprimer, s’informer.