Archives de catégorie Rapports gestion

ParMarina Leonetti

Bilan des chantiers et actions menés de 2012 à 2014 : Mouillères du Pla, Barrages des Grandes Pâtures (Noubals), vallée de la Bruyante

Les papillons de zones humides sont, pour la plupart, particulièrement menacés en France. Certains, comme le Cuivré et le Nacré de la bistorte, le Mélibée, le Solitaire, etc. ont migré du nord de l’Europe à nos tourbières lors des dernières glaciations. A la fin de l’ère glaciaire, des populations reliques sont restées dans les régions où les conditions leur permettaient de survivre (les massifs montagneux et les régions aux latitudes comparables à celles des pays slaves).
Depuis bientôt 20 ans, un travail de connaissance sur la répartition du Cuivré et du Nacré de la Bistorte dans le Donezan (09) a été initié par Graham Hart, entomologiste ariègeois.
Le Donezan, véritable « Québec ariègeois » avec sa grande forêt, ses lacs et eaux courantes, est un pays où la déprise agricole a eu un impact très important. Lorsque les hommes et les troupeaux ont déserté la montagne, laissant de grandes étendues herbeuses derrière eux, la forêt, progressivement, s’est installée.
A l’endroit où jadis une vaste tourbière ouverte accueillait des centaines de Cuivrés et Nacrés, aujourd’hui se trouve un enchevêtrement de saules, bouleaux et résineux où les populations de papillons ne subsistent que grâce à quelques individus.
Dans ce contexte particulier, l’Association des Naturalistes de l’Ariège a relancé en 2009 la mise en place d’actions de connaissance et de conservation de certains papillons de zones humides et de leur habitat. Une première phase (2009-2011) a permis de constater le déclin des espèces étudiées par Graham Hart dans les années 90. A la suite de ce premier constat et de l’urgence de la situation, nous avons eu la possibilité via la sélection de notre candidature à l’appel à projets de 2011 « Restauration de milieux remarquables ou sensibles » de mettre en place un programme de restauration des zones humides du Donezan en faveur de ces papillons menacés. Le présent rapport expose le bilan des actions menées dans ce cadre entre 2012 et 2014, les problèmes rencontrés et la suite que nous aimerions donner à ce projet dans une perspective de conservation d’espaces naturels et de développement durable.

Le rapport final est disponible en PDF ici.

ParAdmin Site Ana

Mouillères du Pla, Barrage des Grandes Pâtures (Noubals), zones humides de la vallée de la Bruyante

 

« A l’issu d’un travail de réactualisation de connaissances, réalisé en 2009-2011, sur la répartition connue en Ariège de deux papillons rares de zones humides, le Cuivré de la Bistorte (Lycaena helle) et le Nacré de la Bistorte (Boloria eunomia), un constat s’impose : les populations, en grande partie situées dans le Donezan (09), sont en déclin et les milieux humides qui accueillent celles-ci sont en cours de fragmentation.

Des premiers travaux de réouverture de « corridors écologiques » sont réalisés entre 2012 et 2014. De cette période, il ressort :

l’intérêt des travaux déjà réalisés en termes de connectivité et continuité écologique ;

le besoin de faire un bilan complet des actions réalisées d’un point de vue technique et scientifique ;

la nécessité de suivre les sites où des actions ont eu lieu pour évaluer l’effet des travaux sur un pas de temps écologiquement significatif ;

la nécessité de maintenir l’entretien des sites pour conserver le bénéfice des actions entreprises et des contacts établis avec les acteurs locaux ;

la nécessité d’impliquer les acteurs locaux dans la gestion et préservation des zones humides via des actions d’animation territoriale et de communication « tout public ».

Un plan de gestion des zones humides du Donezan (2015-2019) a donc été rédigé afin d’organiser durablement la suite de ce projet (suivi, entretien, travaux, animation territoriale et communication) sur 3 grands sites : les mouillères du Pla, les mouillères de Noubals et les zones humides de la vallée de la Bruyante.

Le choix est fait également d’orienter nos objectifs sur la conservation de la fonctionnalité hydrologique des zones humides et la préservation du cortège d’espèces, faune et flore, associé. Le Cuivré de la Bistorte est dans l’emblème de la richesse de ces milieux humides, mais les actions mises en place pour la conservation des sites ne ciblent pas uniquement ce papillon.

Les années 2015 et 2016 sont les deux premières années de mise en oeuvre de ce plan de gestion. »

Le plan de gestion des mouillères du Pla, Barrage des Grandes Pâtures (Noubals), zones humides de la vallée de la Bruyante est disponible en PDF ici ainsi que ses annexes ici.

ParMarina Leonetti

Poster : Caractérisation des habitats des amphibiens d’Ariège par analyses spatiales

Poster sur la caractérisation des habitats des amphibiens d’Ariège  par analyses spatiales.

ParMarina Leonetti

Poster : La réserve Naturelle Régionale du Massif de St Barthélémy

poster_rnr-st-barthPoster de présentation de la RNR du massif de St Barthélémy.

ParAdmin Site Ana

Le projet Interagri « Terre d’Hommes et de Biodiversité en Douctouyre »

RF_THBD_2015Rapport final Projet Interagri « Terre d’Hommes et de Biodiversité en Douctouyre » Décembre 2014.

Introduction :

Ce projet intitulé INTERAGRI « Terre d’hommes et de biodiversité en Douctouyre » vise à démontrer, à travers une démarche territorialisée réunissant des acteurs très différents du territoire, l’intérêt d’intégrer la biodiversité dans les pratiques agricoles ou des projets d’aménagements.

Ce territoire se situe en Ariège, un département où l’agriculture est pénalisée à la fois par des terres peu productives en montagne et par le relief. Au cœur du territoire du Pays des Pyrénées Cathares, composé de 14 communes (13000 ha) présentant des activités agricoles traditionnelles (polyculture élevage) qui ont générées des paysages variés. Il héberge une biodiversité remarquable élevée et des réservoirs de biodiversité (TVB). Il correspond à une entité géographique particulièrement originale et bien définie, contrastant avec la plaine et les coteaux environnants. Le territoire est en grande partie recouvert par des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologiques Floristiques et Faunistiques (ZNIEFF) 2eme génération. Sur le plan biogéographique, ce territoire est une voie de pénétration privilégiée de l’influence méditerranéenne.

Les enjeux et les dynamiques liées à la biodiversité sont forts :

  • d’une part certains systèmes herbagers difficilement accessibles sont abandonnés ce qui enclenchent un processus d’embroussaillement, défavorable au maintien en bon état de conservation de ces réservoirs de biodiversité et de la qualité des corridors écologiques associés ;
  • d’autre part, de nouvelles attentes de nouveaux acteurs hors champ agricole émergent (résidents, environnementalistes, prestataires de services, collectivités territoriales, associations…) vis-à-vis de l’agriculture (agrotourisme, vente de proximité, entretien du paysage, services environnementaux).

Par ailleurs, des actions partenariales constructives avec les collectivités du territoire, la Chambre d’agriculture et la SCOP du Douctouyre déjà enclenchées ont permis l’émergence de ce projet territorial à la croisée de deux thématiques fortes : biodiversité et pratiques anthropiques (principalement agricole).

Le principal objectif de ce projet est d’expérimenter une organisation de partenariat à l’échelle d’un territoire pertinent afin d’intégrer la biodiversité dans les pratiques agricoles, en associant des acteurs du monde agricole afin de développer efficacement son atout économique, social et environnemental et hors champ agricole (résidents, environnementalistes, prestataires de services, collectivités locales, associations …).

Le second objectif est d’expérimenter des outils de vulgarisation pour transférer, diffuser, valoriser les résultats et rendre accessible l’information auprès des agriculteurs (formation initiale et formation continue) ainsi qu’auprès des acteurs locaux. Pour atteindre ces objectifs, il a été nécessaire de mettre au point des méthodes d’observations et de diagnostics à l’échelle d’exploitations agricoles adaptées au territoire et d’expérimenter de nouvelles méthodes de conseils auprès des agriculteurs multi thématiques.

Téléchargeable en PDF ici.

ParAdmin Site Ana

Inventaire des chiroptères présents sur les zones forestières de la partie nord du site N2000

invent_chiros_N2000Moulis_2016

 

Contexte d’étude et objectifs :

Le site Natura 2000 Chars de Moulis et de Liqué, grotte d’Aubert, Soulane de Balaguères et de Sainte-Catherine, granges des vallées de Sour et d’Astien est concerné par la Zone Spéciale de Conservation (ZSC) FR7300836. Parmi les espèces d’intérêt communautaire listées dans le formulaire standard du site figurent plusieurs espèces de chiroptères :
Grand rhinolophe (Rhinolophus hipposideros)
Petit rhinolophe (Rhinolophus ferrumequinum)
Rhinolophe euryale (Rhinolophus euryale)
Petit murin (Myotis blythii)
Barbastelle commune (Barbastella barbastellus)
Minioptère de Schreibers (Miniopterus schreibersii)
Murin à oreilles échancrées (Myotis emarginatus)
Murin de Bechstein (Myotis bechsteinii)
Grand murin (Myotis myotis)

Le formulaire précise également la présence des espèces suivantes qui, bien que ne relevant pas d’un intérêt communautaire, n’en reste pas moins des espèces à très forts enjeux (toutes les espèces de chauves-souris sont inscrites dans l’Arrêté du 23 avril 2007 fixant la liste des mammifères terrestres protégés sur l’ensemble du territoire et les modalités de leur protection) :
Serotine commune (Eptesicus serotinus)
Murin à moustaches (Myotis mystacinus)
Murin de Natterer (Myotis nattereri)
Noctule commune (Nyctalus leisleri)
Pipistrelle commune (Pipistrellus pipistrellus)
Vespère de Savi (Hypsugo savii)
Oreillard roux (Plecotus auritus)
Oreillard gris (Plecotus austriacus)
Molosse de Cestoni (Tadarida teniotis)
Pipistrelle de Kuhl (Pipistrellus kuhlii)
Murin de Daubenton (Myotis daubentonii)

Ainsi, 20 des 27 espèces de chiroptères présentes dans le département de l’Ariège ont été contactées sur le site dont toutes les espèces d’intérêt communautaire connues dans le département ce qui fait du site des Chars de Moulis un site d’intérêt majeur pour les chiroptères. L’une des raisons de l’intégration de ce site dans le réseau N2000 concerne la richesse du patrimoine bâti (granges foraines) qui abrite de nombreuses colonies de Petit Rhinolophe.

L’une des fiches actions du document d’objectifs prévoit la réalisation d’inventaires complémentaires sur les chiroptères. Sur la partie Nord du site, la fréquentation des chiroptères dans les zones ouvertes est à ce jour bien connue alors que nous nous n’avons aucune idée de la diversité spécifique et de l’activité des chiroptères dans les massifs forestiers qui les entourent.

Ainsi, suite à la demande de l’animateur du site, l’ONF et l’ANA se sont associés pour proposer une étude qui permette :

  • de compléter la liste des espèces présentes sur le site par la réalisation d’un
    inventaire exhaustif des populations de chiroptères présentes sur les zones
    forestières de la partie nord du site
  • d’avoir une idée de l’activité des chiroptères

Document téléchargeable en PDF ici.

ParAdmin Site Ana

« Préserver et valoriser les zones humides d’Ariège », le nouveau guide technique pour agir en faveur des zones humides.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les zones humides… Vous le trouverez dans ce nouveau document Préserver et valoriser les zones humides d’Ariège, une co-réalisation de l’Association des Naturalistes de l’Ariège et du Parc Naturel Régional des Pyrénées ariégeoises.

Ce guide technique délivre en trois parties une information qui se veut complète sur les zones humides : leurs spécificités et répartitions en Ariège, leurs grandes fonctions, les outils et ressources disponibles localement pour assurer leur préservation. Il expose la réglementation la plus actuelle applicable sur ces milieux, les enjeux de la planification territoriale. Il propose des solutions pratiques et des modes de gestion efficaces des zones humides agricoles, communales, forestières, etc. Le tout agrémenté d’une riche iconographie.

Ce document a été réalisé dans le cadre d’un projet financé grâce au concours de l’Union européenne (FEDER) et de l’Agence de l’Eau Adour-Garonne pour améliorer la prise en compte des enjeux liés aux zones humides en Ariège. Ce projet a également permis de mener des animations grand public, des interventions en milieu scolaire et lors d’un colloque régional, des sessions de formations auprès d’élus locaux, de techniciens de rivières, des réunions avec les services de l’Etat et du Département, etc.

Le guide est téléchargeable ici et sa version papier disponible sur simple demande : catzh@ariegenature.fr.

Crédit photo : A.Baschenis

ParJulien Vergne

Appui technique à la pratique durable des sports de nature – Rapport final

Rapport final de l’étude réalisée de 2010 à 2012 sur les sports de nature en relation avec l’environnement

Ce rapport présente des actions transversales mêlant l’amélioration des connaissances naturalistes, la gestion concertée de certains site et l’éducation/formation des sportifs. L’articulation avec d’autres démarches départementales (démarche qualité Res’Pir, menée par l’ADT) ou à l’échelle des Pyrénées (via le Réseau Education Pyrénées Vivantes) est également expliquée.

Ce projet, qui est la suite de projets précédents, confirme une fois encore l’importance des liens entre les aspects de connaissances naturalistes, de médiation, de gestion et d’éducation. Chaque aspect sert les autres et ces interactions permettent aux actions de gagner en pérennité. La concertation d’une façon générale est de loin préférable à la médiation et encore plus à la régulation de conflits. Elle permet aux gens d’oser concilier les enjeux environnementaux et les enjeux sportifs. Ainsi les décisions prises collégialement sont-elles le fruit de réflexions communes et leurs conséquences acceptées par tous.

Enfin, l’enquête auprès des encadrants sportifs a montré qu’il y a une réelle motivation à mieux aborder l’environnement, tant dans les pratiques que dans le discours tenu aux participants. Des besoins forts en formation ou en outils de sensibilisation ont été exprimés. En fonction de ces résultats, nous souhaitons mettre en place des actions de formations et d’appui à la réalisation d’outils de sensibilisation pour au moins quatre de ces filières : Randonnée (pédestre, équestre, VTT…), Eaux-vives (kayak, canyoning…), Activités aériennes (parapente, planneur, mongolfière…) et Pratiques verticales (escalade, spéléologie, parcours aventure…).

Auteurs du rapport :
Julien Vergne, Chargé de mission Patrimoine naturel, Coordinateur Sports de nature et Environnement
Emilie Delile, Chargée de l’Enquête Sports de Nature et Environnement

Télécharger le rapport (7,76 Mo)