Inventaires complémentaires des chiroptères du Site N2000 Mont Cein, Mont Béas, Tourbière de Bernadouze

Compl_invent_chiro2014_N2000_Mt-Cein

Contexte :

Le site Mont-Ceint, Mont- Béas, tourbière de Bernadouze est localisé au coeur du massif des Pyrénées ariégeoises. A cheval sur les communes de Suc et Sentenac, Le Port, Aulus les Bains, Ercé, et Auzat, pour une superficie d’environ 2200 hectares, ce site englobe le secteur hautement réputé de l’étang de l’Hers.

Le site d’étude est localisé à l’est de la partie centrale des Pyrénées, à des altitudes comprises entre 950 mètres au niveau des prairies de la commune de Suc et Sentenac et 2088 mètres au Pic de Girantes ou Mont Ceint.

La ligne de crête orientée Nord-Sud allant du Port de Lers au Port de Saleix en passant par le Mont-Ceint marque la séparation entre la Haute Ariège (vallée de Vicdessos) et le Couserans (bassin du Haut-Salat).
Directement au contact de la chaîne axiale, le site est entouré au Sud par le Pic Rouge de Bassiès 5 (2677 m) et prolongé au nord par le massif du pic des Trois Seigneurs (2199 m) qui s’étend sur 10 km du Port de Lhers au col de Port où il rejoint le massif de l’Arize.

Ce site se trouve donc dans la zone primaire axiale des Pyrénéens (c’est à dire au sud de la faille Nord Pyrénéenne). La géologie y est principalement constituée de roche sédimentaire (calcaire et dolomie) ayant subi de fortes pressions et donc du métamorphisme durant l’orogénèse. Point fort original du site : le secteur de l’Etang de l’Hers est constitué d’une roche ultrabasique (la Lherzolite) dont la localité du gisement a donné le nom à la roche. La géologie du site est à l’origine de la quasi absence d’eau libre en mouvement (ruisseau et rivière) car le contexte karstifié fait que l’eau circule plutôt dans le milieu souterrain.
La géomorphologie y est assez typique des secteurs montagnards et subalpins où l’érosion glaciaire et nivale a modelé le paysage.

La climatologie du secteur est typique des milieux montagnards/subalpins pyrénéens, avec des précipitations neigeuses conséquentes durant la période hivernale. Cela engendre nécessairement des adaptations importantes pour la faune et la flore, qui se trouvent dans la neige à minima 4 mois dans l’année. Toutefois nous pourrons distinguer deux zones où l’influence climatique est légèrement différente :

  • La zone couserannaise (au sud et à l’ouest de la ligne de crête Mont-Cein, Mont Béas, bassin versant du Haut Salat), qui reçoit directement les perturbations les plus actives dans ce secteur des Pyrénées, soit les perturbations atlantiques venant de l’Ouest, Nord/Ouest. Les précipitations annuelles y sont donc plus importantes ;
  • la zone de l’étang de l’Hers et du Vicdessos, à l’abri de ce chaînon Mont Cein, Mont Béas accueille des précipitations légèrement moins importantes.

Afin de comprendre et expliquer la répartition des espèces dans ce site N2000, l’ensemble des composantes citées précédemment doivent être prises en considération.
Pour résumer, ce contexte bioclimatique est apparenté aux secteurs montagnards et subalpins des Pyrénées où l’influence climatique prépondérante est le climat océanique.

Le paysage du site N2000 Mont-Ceint, Mont- Béas, tourbière de Bernadouze est le reflet d’une forte activité anthropique sur ces territoires montagnards. Plusieurs études palynologiques ont permis de retracer ces activités dans le temps, et ce depuis près de 20000 ans (Cf. Document d’Objectif).
Aujourd’hui, malgré une activité pastorale en diminution, l’élevage reste une des activités prédominante sur le site, avec plusieurs Associations Foncières Pastorales et Groupements Pastoraux sur le site.
Le site touristique de l’étang de l’Hers est un des hauts lieux touristiques pour les « sports de plein air » d’Ariège. L’accessibilité du site a fait qu’il est utilisé l’hiver pour le ski de fond, la randonnée pédestre, et l’été pour la pêche et les randonnées pédestres avec de nombreux sentiers balisés qui circulent dans le site N2000. Les intersaisons sont des moments calmes autour de l’étang de l’Hers. L’exploitation forestière est assez faible sur le site, qui requiert plutôt une volonté de protection.

L’évolution paysagère du site d’étude compose donc actuellement entre milieux prairiaux (de fauche et/ou de pâturage) dans les fonds de vallons, milieux forestiers avec une succession de la typologie forestière selon l’altitude, tourbières et eau libre close, et pelouses d’altitude, où le bétail se trouve en estive.
Cette mosaïque de milieux, liée à un gradient altitudinal important, fait de ce site un lieu privilégié pour la chasse des chiroptères.

Ce document est téléchargeable en PDF ici.