Projets soutenus par le Fonds de Dotation Itancia

Restauration de zones humides du Donezan

Contexte :

Les 3 sites concernés font partie du vaste site Natura 2000 « Quérigut, Laurenti, Rabassolles, Balbonne, la Bruyante, haute vallée de l’Oriège »(site FR7300831).

L’ANA travaille dans le secteur depuis 2009, dans le cadre d’une étude sur les papillons : Suivi et conservation de 4 espèces de papillons associées aux zones humides en Ariège :

– le Damier de la Succise (Euphydryas aurinia Rottemburg 1775),
– le Nacré de la Bistorte, (Boloria eunomia Esper, 1799),
– le Cuivré de la Bistorte (Lycaena helle Denis et Schiffermüller, 1775)
– l’Azuré des mouillères (Maculinea alcon Denis et Schiffermüller, 1775),

Parmi ces 4 espèces, les 3 premières citées sont présentes sur ce site Natura 2000, toutes sont protégées en France et deux sont des espèces d’intérêt communautaire figurant sur l’Annexe II et/ IV, de la directive « Habitats-Faune-Flore » n° 92/43/CE. La connexion entre ces zones humides est un facteur important pour assurer les déplacements de ces espèces et assurer leur conservation.

Cet ensemble de zones humides abrite également d’autres espèces et des habitats d’intérêt patrimonial au niveau régional et relevant souvent des directives européennes « Habitats, Faune, Flore » et « Oiseaux ». Les enjeux concernés par ce projet sont donc particulièrement importants.

Ce site représente enfin, un grand intérêt et un grand enjeu pour le fonctionnement naturel de ce bassin versant. Le bon état de ces milieux humides permet en effet de garantir plusieurs fonctions telles que le stockage d’eau en période pluvieuse, mais aussi une régulation sédimentaire dans ce bassin où les cours d’eau connaissent un important apport naturel de sédiment et de sable.

A la suite de ces constats, nous avons déposé un projet de restauration des zones humides du Donezan en faveur des papillons menacés (le cuivré et le nacré de la bistorte).

Résumé :

Suite à ces constats des travaux de restauration de ces zones humides ont été entrepris en 2012 et ont été poursuivis en 2013 et 2014.

A l’issu de ces travaux, il ressort :

– l’intérêt des travaux déjà réalisés en termes de connectivité et continuité écologique.
– le besoin de faire un bilan complet des actions réalisées d’un point de vue technique et scientifique.
– la nécessité de suivre les sites où des actions ont eu lieu pour évaluer l’effet des travaux sur un pas de temps écologiquement significatif.
– La nécessité de maintenir l’entretien des sites pour conserver le bénéfice des actions entreprises et des contacts établis avec les acteurs locaux.
– La nécessité d’impliquer les acteurs locaux dans la gestion et préservation des zones humides via des actions d’animation territoriale et de communication « tout public ».

Par ailleurs notre connaissance du territoire, des espèces cibles et de ses habitats s’est affinée, ce qui a fait émerger d’autres sites d’intérêt, pour lesquels des actions de restauration et de conservation seraient intéressantes à mettre en œuvre. Nous estimons que pour restaurer la majeure partie des surfaces de zones humides de ce vaste site Natura 2000, au moins 6 années de travaux seront nécessaires. Nous souhaitons poursuivre la restauration de zones humides et d’habitats d’intérêt communautaire pour notre projet d’ensemble : restaurer les zones humides et les corridors biologiques nécessaires pour la conservation des papillons des zones humides.

Objectif(s) :

Les objectifs de ce dossier sont multiples :

– Mise en place de suivis afin de vérifier l’impact des travaux sur les sites.
– L’organisation des pratiques agricoles à mettre en place sur les sites
– Des travaux de restauration des zones humides : travaux de débroussaillage et de coupes forestières
– Une animation territoriale: rencontre avec les gestionnaires de sites, les propriétaires de parcelles, etc.
– De la communication autour du projet (création d’un sentier pédagogique notamment).