Archive de l’étiquette chantier

ParAmbre Luczynski

Compte-rendu du chantier école sur le site conservatoire de la prairie humide du Pesquié (Lagarde 09)

Dans le cadre de la mise en application pratique de leur cursus, une vingtaine d’élèves et leurs deux professeurs ont travaillé 2 jours durant le mois de janvier 2021, les pieds dans l’eau et la tête sous la pluie, pour rouvrir 1000 m² de prairie humide et prairie mésophile sur notre site conservatoire du Pesquié.

Fauchage, prairie humide du Pesquié – Fany Personnaz

En cohérence avec le plan de gestion du site qui prévoit le maintien en bon état de conservation des habitats ouverts du site via des pratiques de fauche tardive (fin juin), le débroussaillage effectué par les élèves a plusieurs objectifs :

  • Limiter la dynamique d’embroussaillement,
  • Favoriser le développement d’espèces végétales patrimoniales de milieu ouvert, emblématiques de ce site comme la Jacinthe de Rome, star locale !
  • Faciliter la pratique de la fauche des habitats prairiaux par un agriculteur local avec qui nous travaillons depuis 4 ans ; Il s’agissait d’une part d’agrandir la surface disponible et d’autre part de contribuer à l’amélioration de la qualité du fourrage issu de la coupe.

Les élèves ont également réalisé l’entretien des clôtures qui entourent le site.
La météo n’a pas entamé la bonne humeur et la motivation de ces élèves en Bac pro « Gestion des milieux naturels et de la faune » au lycée agricole de Pamiers ! De plus, ce partenariat CEN, LEGTA et agriculteur local montre une fois de plus que la préservation de l’environnement permet aussi le développement d’activités économiques, sociales et éducatives !

Fany Personnaz

ParYannick Porcheron

La dépêche du midi du 15 Juin 2018 : Ce samedi, la deuxième journée écocitoyenne

L’ANA (Association des naturalistes ariégeois) et le conseil municipal remercient les bénévoles qui ont participé à la première journée écocitoyenne, destinée à l’arrachage de la renouée du Japon… qui repousse très vite.

Merci de bien vouloir vous inscrire au secrétariat de mairie, tél. 05 61 96 34 33.

ParMarina Leonetti

La Dépêche du Midi 17 octobre : “Des étudiants au secours d’un papillon rare et menacé”

Pendant deux jours, une vingtaine d’étudiants du lycée agricole de Pamiers se sont retroussé les manches pour rouvrir un milieu et favoriser le développement d’un papillon, rare et menacé : l’azuré des mouillères. Cette initiative est portée par l’Association des naturalistes de l’Ariège. Reportage.

Pour ces vingt étudiants appaméens, engagés depuis trois ans maintenant dans un bac professionnel «gestion des milieux naturels et de la forêt», la réouverture d’un milieu tel que cette prairie située dans Le Mas-d’Azil relève d’un exercice grandeur nature. Mais pas que.

C’est aussi pour eux l’occasion de venir en aide à une espèce rare et protégée : le papillon l’azuré des mouillères.

Ce petit papillon, de couleur marron et reconnaissable par ses ailes ornées de deux lignes de points noirs cerclés de blanc, est une espèce qui a besoin d’un milieu bien spécifique pour se développer, d’où sa rareté.

L’Association des naturalistes de l’Ariège (ANA) a donc lancé un chantier école afin de faire de sa préservation une priorité. Alexis Calard, chargé de mission à l’ANA, précise : «Ce chantier s’inscrit dans le cadre d’un appel à initiatives lancé par l’agence de l’eau Adour-Garonne en faveur de la biodiversité».

Après avoir déposé un dossier pour la restauration de ce milieu, les voilà aujourd’hui sur la propriété d’Oscar Endtz, au lieu-dit La Quérette, au Mas-d’Azil. «L’objectif est de rouvrir le milieu qui, après une cessation d’activité agricole, a eu tendance à se fermer, indique Alexis Calard aux élèves appaméens. Comme la plupart des papillons, l’azuré des mouillères est lié à une plante, la gentiane pneumonanthe, ainsi qu’à des fourmis du genre myrmica qui vont l’accueillir dans la fourmilière pour passer l’hiver. Ces deux composants sont essentiels à la survie du papillon.»

Première étape, repérer les gentianes dans la prairie, les marquer, avant de débroussailler et nettoyer la zone. Armés de débroussailleuses, de tronçonneuses ou simplement de leurs mains, les étudiants s’activent, sérieusement.

Il faut dire que pour eux, cet exercice est un passage obligé dans l’obtention de leur diplôme. «C’est un moment important pour eux puisque c’est noté, reconnaît Anouck Izard, professeur d’aménagement au lycée agricole de Pamiers. C’est aussi l’occasion pour eux de mettre en relation tout ce qu’ils apprennent en cours. Mais également d’avoir la transversalité entre toutes les matières. Il y a de l’aménagement, la gestion de la nature, l’écologie, la biologie ou bien encore les cours d’agroéquipement puisqu’ils utilisent du matériel manuel ou à moteur.» Un échange de bons procédés pour l’ANA qui travaille depuis quelques années déjà avec le lycée appaméen. «Les étudiants ressortent avec plus de connaissances et cela nous permet de mettre en place des chantiers que l’on n’aurait pas pu réaliser, faute de moyen», ajoute Alexis Calard. Un travail salué par le propriétaire des lieux qui a lui-même sollicité l’Association des naturalistes de l’Ariège. Un cercle vertueux où tout le monde y gagne.

Océane Oulés – La Dépêche du Midi

Pour voir l’article complet, cliquez ici.

ParJulien Vergne

Un habitat idéal pour le desman

La Dépêche, 09/11/16 à l’occasion de l’inauguration des travaux menés à Fougax et Barrineuf

desman 1 001

desman 3 001