Archive de l’étiquette rapace

ParYannick Porcheron

L’Ariégeois magazine d’avril 2018 : « L’Association des Naturalistes de l’Ariège 30 ans de vol aux côtés des oiseaux »

ParMarina Leonetti

Prospection et comptage simultané des dortoirs à busards dans la plaine d’Ariège

En Ariège il est possible d’observer 4 espèces différentes de busards. Le Busard cendré et le Busard Saint-Martin sont deux espèces nicheuses du département alors que le Busard des roseaux et le rarissime Busard pâle ne sont observables qu’en dehors des périodes de nidification.

Parmi ces 4 espèces, seuls le Busard Saint-Martin et le Busard des roseaux sont observables en hiver. Le soir, ces oiseaux se rassemblent en un même lieu pour passer la nuit : on appelle cela un « dortoir ».

Ces dortoirs présentent certaines caractéristiques suivant les régions. En Ariège, les oiseaux semblent privilégier les friches herbacées hautes, où quelques ronces sont encore présentes et pourraient permettre de limiter la prédation par les renards par exemple.

Dénombrer les oiseaux sur ces dortoirs permet d’une part de suivre les effectifs de ces hivernants, mais aussi de cibler les milieux dont les enjeux sont forts pour la conservation de ces espèces. Le Busard Saint-Martin est classé « en danger » d’extinction à l’échelle des deux ex-régions Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon en tant que nicheur, ce qui implique de rester aussi vigilant sur les populations hivernantes.

En 2017, forts de 10 bénévoles sur 7 soirées, deux dortoirs ont été découverts. Le comptage simultané (suivi par d’autres départements où ces espèces sont suivies) du 6 Décembre a permis de dénombrer une douzaine oiseaux différents. Ces résultats sont encourageants et nous incitent à continuer les prospections, qui s’opéreront de manière plus opportuniste que systématique pour la fin de cet hiver.

Pour nous aider, contactez-nous par mail pour participer aux suivis (thomas.c@ariegenature.fr) ou saisissez vos observations à l’adresse suivante : http://saisie.ariegenature.fr/. N’oubliez pas de préciser l’heure ou durée de l’observations ainsi que la direction de l’oiseau dans le champ remarque.

Merci à tous les bénévoles qui ont participé à ces prospections !

ParMarina Leonetti

A la recherche du Busard St-Martin !

Dans le but d’améliorer la connaissance sur le Busard Saint-Martin, nous initions des prospections à la recherche de leurs dortoirs hivernaux.
Ces rapaces plutôt solitaires à la belle saison se regroupent en hiver pour passer la nuit.
Les premières recherches auront lieu dans la plaine à l’Est de Pamiers.
Ces prospections prendront part le mardi soir – au départ du parking du Norauto à Verniolle vers 17h.
Afin de participer et s’informer sur d’éventuelles modifications, contacter Thomas Cuypers (thomas.c@ariegenature.fr – 06.81.92.65.33).
Débutants et expérimentés sont tous bienvenus.
De nombreux autres oiseaux pourront être observés !

ParMarina Leonetti

Sortie des 23&24.09.17 : La migration postnuptiale des oiseaux

C’est sous une météo clémente que s’est déroulé le week-end d’observation de la migration au col de Larnat. Alors que les Pyrénées étaient bouchées les jours précédents, nous avons pu bénéficier d’un petit « déblocage » la journée du samedi, ce qui nous a amenés à observer certaines espèces (éperviers et circaètes notamment) dans des effectifs notables.

Voici la liste des oiseaux en migration que nous avons observés :
Pipit des arbres (Anthrus trivialis) : 7
Bergeronnette printanière (Motacilla flava) : 38
Bergeronnette grise (Motacilla alba) : 3
Bergeronnette des ruisseaux (Motacilla cinerea) : 5
Pipit farlouse (Anthus pratensis) : 22
Grosbec casse-noyaux (Coccothraustes coccothraustes) : 8
Grand cormoran (Phalacrocorax carbo) : 35
Mésange noire (Periparus ater) : 20
Hirondelle rustique (Hirundo rustica) : 13500
Hirondelle de fenêtre (Delichon urbicum) : 7500
Epervier d’Europe (Accipiter nisus) : 107 (dont 85 le samedi)
Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus) : 88 (dont 70 le samedi)
Buse variable (Buteo buteo) : 20
Busard des roseaux (Circus aeruginosus) : 27
Bondrée apivore (Pernis apivorus) : 35
Balbuzard pêcheur (Pandion haliaetus) : 2
Milan royal (Milvus milvus) : 13
Faucon hobereau (Falco subbeto) : 5
Faucon pèlerin (Falco peregrinus) : 1
Pigeon colombin (Columba oenas) : 2

J’en profite ici pour remercier tous les observateurs qui sont passés sur le spot donner un coup de main et profiter du spectacle.

                        Sylvain REYT

 

Vous pouvez retrouver ce compte rendu en format PDF ici.

ParJulien Vergne

Liste des Oiseaux d’Ariège – Version 2017

La présente liste recense l’ensemble des espèces d’oiseaux sauvages observées dans le département de l’Ariège au 1er juillet 2017.
Cette liste s’appuie sur les informations collectées dans les différentes bases de données couvrant tout ou partie du territoire de l’Ariège (SICEN – Association des Naturalistes de l’Ariège, BAZNAT – Nature Midi Pyrénées, BBD – Amis du Domaine des Oiseaux) ainsi que sur les données historiques disponibles dans différents ouvrages.
Réalisée sur le modèle de la dernière Liste des Oiseaux du Paléarctique occidental (Commission de l’Avifaune Française, 2011), cette liste reprend donc les catégories A, B, C, D et E (voir signification de chacune de ces catégories) adaptées à l’Ariège, ainsi que les statuts nicheur, migrateur et hivernant pour la même échelle géographique. Seules les espèces des catégories A, B et C font partie de la liste officielle des oiseaux d’Ariège.
Les sous-espèces apparaissant dans cette liste sont annotées d’un astérisque et présentées sous forme trinominale, exemple : Bergeronnette de Yarrell * Motacilla alba yarrelli.
Au total, la liste de l’avifaune ariègeoise comporte aujourd’hui 305 espèces.

Etienne COLLIAT & Sylvain REYT
Association des Naturalistes de l’Ariège

 

Liste des oiseaux nicheurs d’Ariège – 2017

ParAdmin Site Ana

Le projet Interagri « Terre d’Hommes et de Biodiversité en Douctouyre »

RF_THBD_2015Rapport final Projet Interagri « Terre d’Hommes et de Biodiversité en Douctouyre » Décembre 2014.

Introduction :

Ce projet intitulé INTERAGRI « Terre d’hommes et de biodiversité en Douctouyre » vise à démontrer, à travers une démarche territorialisée réunissant des acteurs très différents du territoire, l’intérêt d’intégrer la biodiversité dans les pratiques agricoles ou des projets d’aménagements.

Ce territoire se situe en Ariège, un département où l’agriculture est pénalisée à la fois par des terres peu productives en montagne et par le relief. Au cœur du territoire du Pays des Pyrénées Cathares, composé de 14 communes (13000 ha) présentant des activités agricoles traditionnelles (polyculture élevage) qui ont générées des paysages variés. Il héberge une biodiversité remarquable élevée et des réservoirs de biodiversité (TVB). Il correspond à une entité géographique particulièrement originale et bien définie, contrastant avec la plaine et les coteaux environnants. Le territoire est en grande partie recouvert par des Zones Naturelles d’Intérêt Ecologiques Floristiques et Faunistiques (ZNIEFF) 2eme génération. Sur le plan biogéographique, ce territoire est une voie de pénétration privilégiée de l’influence méditerranéenne.

Les enjeux et les dynamiques liées à la biodiversité sont forts :

  • d’une part certains systèmes herbagers difficilement accessibles sont abandonnés ce qui enclenchent un processus d’embroussaillement, défavorable au maintien en bon état de conservation de ces réservoirs de biodiversité et de la qualité des corridors écologiques associés ;
  • d’autre part, de nouvelles attentes de nouveaux acteurs hors champ agricole émergent (résidents, environnementalistes, prestataires de services, collectivités territoriales, associations…) vis-à-vis de l’agriculture (agrotourisme, vente de proximité, entretien du paysage, services environnementaux).

Par ailleurs, des actions partenariales constructives avec les collectivités du territoire, la Chambre d’agriculture et la SCOP du Douctouyre déjà enclenchées ont permis l’émergence de ce projet territorial à la croisée de deux thématiques fortes : biodiversité et pratiques anthropiques (principalement agricole).

Le principal objectif de ce projet est d’expérimenter une organisation de partenariat à l’échelle d’un territoire pertinent afin d’intégrer la biodiversité dans les pratiques agricoles, en associant des acteurs du monde agricole afin de développer efficacement son atout économique, social et environnemental et hors champ agricole (résidents, environnementalistes, prestataires de services, collectivités locales, associations …).

Le second objectif est d’expérimenter des outils de vulgarisation pour transférer, diffuser, valoriser les résultats et rendre accessible l’information auprès des agriculteurs (formation initiale et formation continue) ainsi qu’auprès des acteurs locaux. Pour atteindre ces objectifs, il a été nécessaire de mettre au point des méthodes d’observations et de diagnostics à l’échelle d’exploitations agricoles adaptées au territoire et d’expérimenter de nouvelles méthodes de conseils auprès des agriculteurs multi thématiques.

Téléchargeable en PDF ici.

ParAdmin Site Ana

21/09 : la rentrée des mercredis de l’Ana

mercredi ana 2109Pour la rentrée des mercredis de l’Ana, le Docteur Vilagines Lydia, vétérinaire, nous a présenté une étude : « Vigilance Poison des rapaces de montagne ».

Ce programme de surveillance de la mortalité des rapaces a débuté en 2005 à travers le réseau Pyrénées Vivantes (en collaboration avec la LPO, le Parc National des Pyrénées, l’ONCFS, l’ONF, les fédérations de chasse …). Les objectifs sont de connaître les causes de mortalité, d’identifier les menaces et de connaître les contaminations environnementales des rapaces nécrophages rupestres.

Lydia nous a tout d’abord présenté les espèces concernées par ce dispositif : le Gypaète barbu, le Vautour fauve, le Vautour percnoptère et le Milan royal, toutes observables sur l’ensemble de la chaîne des Pyrénées. Trois d’entre elles font l’objet d’un plan national d’action et sont nicheuses en Ariège. Lydia nous a communiqué le nombre d’individus par espèces (répartition sur les départements), les critères de détermination (couleur, taille, envergure…), les régimes alimentaires et les statuts de protection.

Sur dix années d’étude, 219 cadavres de rapaces ont été trouvés dans les Pyrénées. Pour chaque individu, Lydia effectue l’autopsie, les radios et des analyses toxicologiques sont réalisées au laboratoire de toxicologie de l’école vétérinaire de Lyon (divers pesticides, les métaux lourds, les anticoagulants). L’étude montre que les principales causes de mortalité des rapaces sont d’origine anthropique (poison, tir, électrocution, collision). L’étude a montré que le plomb, contaminant trouvé systématiquement sur tous les oiseaux autopsiés, avait une implication délétère dans la survie des animaux contaminés.

Après divers échanges avec le public, la soirée s’est terminée autour d’un repas partagé. Nous remercions une nouvelles fois Lydia pour sa présence aux mercredis de l’Ana.

Pour plus d’informations sur le programme « Vigilance Poison » : rendez-vous sur le site www.pourdespyrénéesvivantes.fr

ParAdmin Site Ana

Etude sur la mortalité des rapaces

La Dépêche, le 20/09 à l’occasion de la rentrée des mercredis de l’Ana au Léo Lagrange avec le docteur Lydia Villagine

2009 mercredis de l'ana

ParJulien Vergne

Octobre/novembre 2015 : Inventaire des points noirs routiers en Ariège

avis de recherche points noirsVoici un numéro spécial de l’avis de recherche !

Pour cet automne, nous souhaitons connaitre les points noirs routiers en Ariège, en terme de mortalité pour la faune sauvage. Nous faisons appel à votre curiosité, votre motivation et votre passion pour la nature d’Ariège pour avoir les yeux grands ouverts au bord des routes, à pied, à vélo ou en voiture (à télécharger ci dessous).

Merci d’avance pour vos contributions, bonnes prospections et à bientôt!

Télécharger l’image

Alexis CALARD, Chargé de mission